De l'interdiction de manger de la viande des juifs, chrétiens et de toutes autres viandes non obtenu selon le rite Islamique

Publié le 24 Juin 2009

bismilah   
 
salam   
 
De l’interdiction de manger de la viande des juifs et des chrétiens, et de toutes autres viandes qui n’est pas égorgée selon le rite Islamique, c'est-à-dire « Halal »  
 
 
 
 
 
36. Nous vous avons désigné les chameaux (et les vaches) bien portants pour certains rites établis par Allah. Il y a en eux pour vous un bien. Prononcez donc sur eux le nom d'Allah, quand ils ont eu la patte attachée, [prêts à être immolés]. Puis, lorsqu'ils gisent sur le flanc mangez-en, et nourrissez-en le besogneux discret et le mendiant. Ainsi Nous vous les avons assujettis afin que vous soyez reconnaissants.   
 
waalboudna ja^alnaha lakoum min cha^a-iri allahi lakoum fiha khayroun faoudhkourou isma allahi ^alayha sawaffa fa-idha wajabat jounoubouha fakoulou minha wa-at^imou alqani^a waalmou^tarra kadhalika sakhkharnaha lakoum la^allakoum tachkourouna    
 
 
  
 
 
37.Ni leurs chairs ni leurs sangs n'atteindront Allah, mais ce qui L'atteint de votre part c'est la piété. Ainsi vous les a-t-Il assujettis afin que vous proclamiez la grandeur d'Allah, pour vous avoir mis sur le droit chemin. Et annonce la bonne nouvelle aux bienfaisants.   
 
lan yanala allaha louhoumouha wala dimaouha walakin yanalouhou alttaqwa minkoum kadhalika sakhkharaha lakoum litoukabbirou allaha ^ala ma hadakoum wabachchiri almouhsinina     
 
  
 
(Sourat 22 Le Pèlerinage Al Hajj versets 36-37)  

 
Dieu azawajal  dans ce verset du Coran, soulèves plusieurs points :    
 
·  Le fait de prononcer le nom de Dieu l’Unique    
 
Les preuves par le Coran rendant la viande des juifs et des chrétiens interdites à la consommation  
 
·   Les juifs n’égorgent pas au nom de Dieu,   
 
Allah dit dans le Coran :    
  
 
 
waqalati alyahoudou ^ouzayroun ibnou allahi waqalati alnnasara almasihou ibnou allahi dhalika qawlouhoum bi-afwahihim youdahi-ouna qawla alladhina kafarou min qablou qatalahoumou allahou anna you/fakouna   
 
30. Les Juifs disent : "Uzayr est fils de Dieu" et les Chrétiens disent : "Le Christ est fils de Dieu". Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Dieu les anéantisse ! Comment s'écartent-ils (de la vérité) ?    
 
(Sourate n°9 At-Tawba – Le Repentir, verset n°30)    
  
ittakhadhou ahbarahoum warouhbanahoum arbaban min douni allahi waalmasiha ibna maryama wama oumirou illa liya^boudou ilahan wahidan la ilaha illa houwa soubhanahou ^amma youchrikouna   
 
· 31. Ils (les juifs et les chrétiens) ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors de Dieu, alors qu'on ne leur a commandé que d'adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu'ils [Lui] associent.   
 
(Sourate n°9 At-Tawba – Le Repentir, verset n°31)   
 
 
 
De part ces 2 versets là, nous voyons parfaitement, que la viande juive ou chrétiennes devient parfaitement impur à la consommation et strictement interdite. Car ils font du « shirk » (polythéisme), et n’égorgent pas leurs bêtes au nom de Dieu l’Unique.    
 
 
Il ne suffit pas qu’un juif ou un chrétien dise « Je crois en Dieu ». Le fait de croire, la « croyance » a des règles bien précises en Islam : Al Aqida.    
 
 
Notre religion ne nous autorise pas à remplir nos ventres avec les aliments du feu de l’enfer.    
 
 
· Le fait de procéder à un rite    
 
Dieu dit :   
  
 
 
waalboudna ja^alnaha lakoum min cha^a-iri allahi lakoum fiha khayroun faoudhkourou isma allahi ^alayha sawaffa fa-idha wajabat jounoubouha fakoulou minha wa-at^imou alqani^a waalmou^tarra kadhalika sakhkharnaha lakoum la^allakoum tachkourouna   
 
(pour certains rites établis par Allah. …)   
 
 
(Sourate 22 Le Pèlerinage (al-Hajj), versets 36).     
 
 
Dans ce verset, nous apprenons, au niveau de l’immolation des bêtes (pour les consommer), qu’ils existent des rites (Islamique)    
 
 
Cela signifie que nous devons nous conformer aux rites que Dieu nous ordonnes d’appliquer en Son Nom. Lorsque l’on dit « en Son Nom » ça signifie « au nom en total conformité et appartenances aux ordres qu’Il a donné ».   
 
Cela veut dire, que tout animal sur lequel le rite Islamique n’est pas Lorsque l’on égorge un animal au Nom de Dieu, ça signifie que l’on se met en conformité intégrale avec toutes les règles de l’Islam. C’est donc au nom de notre appartenance à l’Islam que nous égorgeons un animal  
 
 
 
 
·  Un bien à les pratiquer « Il y a en eux pour vous un bien »     
 
(Sourate 22 Le Pèlerinage (al-Hajj), versets 36).    
 
 
 
Le bien dont Dieu nous fait part, c’est bien évidemment :    
 
- Manger des biens que Dieu a créés pour nous    
- De se souvenir de Dieu et l’invoquer en immolant l’animal    
- Se commémorer le récit du Prophète Ibrahim et son fils Isma’il    
- Appliquer le rite selon la loi Islamique, comme l’a fait Ibrahim et le Prophète Mouhammad avant nous.    
- Obéir à Dieu en appliquant le rite Islamique en se distinguant des rites des autres religions, fussent t’elles juives ou chrétiennes, cela en pratiquant la Sunna du Prophète Mouhammad.    
 
 
·  L’obligation de transmettre et de faire parvenir ce rite : (…Et annonce la bonne nouvelle aux bienfaisants.)  ‘wabachchiri almouhsinina’  
 
 
 
·  Origine et cause de l’implication du rite Islamique :    
 
Dieu a donné à Ibrahim un fils, de sa femme Hajar. Ibrahim aimait énormément son fils. Le sacrifice du fils (Ism’ail) du Prophète Ibrahim    
 
  
 
102. Puis quand celui-ci fut en âge de l'accompagner, [Abraham] dit : "Ô mon fils, je me vois en songe en train de t'immoler. Vois donc ce que tu en penses". (Ismaël) dit : "Ô mon cher père, fais ce qui t'es commandé : tu me trouveras, s'il plaît à Allah, du nombre des endurants".  
 
falamma balagha ma^ahou alssa^ya qala ya bounayya inni ara fi almanami anni adhbahouka faoundhour madha tara qala ya abati if^al ma tou’marou satajidouni in cha-a allahou mina alssabirina      
 
  
103. Puis quand tous deux se furent soumis (à l'ordre d'Allah) et qu'il l'eut jeté sur le front,   
 
falamma aslama watallahou liljabini      
  
 
 
104. voilà que Nous l'appelâmes "Abraham!  
 
wanadaynahou an ya ibrahimou      
 
  
 
105. Tu as confirmé la vision. C'est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants".  / qad saddaqta alrrou ‘ya inna kadhalika najzi almouhsinina    
 
  
106. C'était là certes, l'épreuve manifeste. / inna hadha lahouwa albalaou almoubinou    
 
  
107. Et Nous le rançonnâmes d'une immolation généreuse  
 
wafadaynahou bidhibhin ^adhimin      
 
  
108. Et Nous perpétuâmes son renom dans la postérité / watarakna ^alayhi fi al-akhirina    
 
  
109. "Paix sur Abraham". / salamoun ^ala ibrahima    
 
  
 
110. Ainsi récompensons-Nous les bienfaisants / kadhalika najzi almouhsinina    
 
  
 
111. car il était de Nos serviteurs croyants. / innahou min ^ibadina almou/minina    
 
 
(Sourate AsSafat – Les rangées n°37, verset 103 à 111)

Rédigé par Oussoul

Publié dans #Dourouss - Leçon

Commenter cet article