La calomnie et la médisance (note prise lors d'un rappel audio sur inspeak)

Publié le 28 Juin 2009

bismilah         
 
salam         
 
La calomnie et la médisance          
 
 
 (note prise lors d'un rappel audio sur inspeak)
 
La médisance et la calomnie font parti des plus graves péchés dans notre religion et le fait de ne pas savoir tenir sa langue peut entrainer une multitude de mauvaises actions.       
 
L’une des plus graves choses dans la médisance et la calomnie, est la banalisation de la parole outre mesure de ce qui est nécessaire, cela englobe le fait de parler médiocrement, d’utiliser la vulgarité, le mensonge, d’en venir à des disputes, et surtout  de parler inutilement, sans qu’il y est un intérêt spirituel derrière ou même mondain mais qui soit utile et nécessaire.       
 
Bien très souvent cela amène à la sournoiserie, à la polémique, à des disputes, bagarres,  mais aussi également à la plaisanterie excessive non respectueuse qui tourne à la moquerie.       
 
Lorsque l’on commence à parler avec excès,  on tombe très souvent dans la parole sur le dos des gens et aussi de divulguer ce qui ne doit pas être divulgué. Le musulman qui se met à parler lorsque ce n’est pas nécessaire et qu’il fréquente ces gens qui parlent inutilement, ils passent :        
-de la vérité au mensonge        
- de la fiabilité à la tromperie        
-du respect à l’indécence        
- du pardon à la vengeance,        
-du fait de se désengager et de se désavouer des paroles futiles à la complaisance        
-de se tenir droit dans la vérité, d’être neutre  pour passer au témoignage en faveur de quelqu’un uniquement parce qu’il y a une affection envers la personne.         
- du silence, l’une des plus grandes vertus que Allah azawajal  a offert  aux musulmans pour passer à la parole dans le but de se faire montrer, se faire remarquer ou parfois même par jalousie.       
 
Dans l’excès de parole on peu tomber dans le mépris et dans la colère, oublier le pardon et la miséricorde et c’est ainsi que Allah nous pardonne pas et qu’il ne fait pas acte de miséricorde envers nous.       
 
De la même manière que l’on peut tomber facilement dans cela il est du devoir du musulman d’aller à la recherche du vaccin qui peut soit l’empêcher de tomber dans cette maladie soit de l’en soigner.       
 
Le  Prophète salla Lahou 3alayhi wa salam  dit dans un hadith « heureux est celui qui retient le surplus de sa langue et dépense le surplus de son argent » (hadith Hassan rapporté par Al Bayhaqi et Al Baraouiy)       
 
Allah dit dans le coran « […] kiraman katibin ya^lamouna mataf^aloun […] » (s82, v10à12)       
 
Prendre la liberté de s’exprimer librement est un droit que Dieu nous donne mais on doit en assumer les conséquences si on le fait sans nécessité. 
 
Allah nous averti qu’il y a des Anges scribes bien veillant qui écrivent chacune de nos paroles, « ils ne prononcent pas une seule parole sans avoir auprès de lui un observateur près à l’inscrire près à la recueillir près à la noter »   
 
Et le jour du jugement il va falloir faire face à toutes ces paroles en surplus que nous avons prononcé qui ne sont d’aucun intérêt pour notre foi ni de notre vivant ni dans notre tombe.       
 
Un des compagnons disait parfois « quand quelqu’un me parle j’éprouve autant l’envie de répondre que l’assoiffé peut avoir envie de boire mais je m’abstiens de répondre de crainte que ça ne soit un surplus de parole  (de crainte que ça soit une parole qui ne soit pas nécessaire) »       
 
Le Prophète salla Lahou 3alayhi wa salam  dit dans un hadith  « un homme proféra un mot pour faire rire les gens de l’assemblé et par ce mot il chute dans l’enfer plus loin qu’une  étoile »       
 
Et dans un autre hadith le Prophète Mohammed salla Lahou 3alayhi wa salam  dit  « l’homme prononce un mot qui provoque la satisfaction d’Allah il ne pensait pas que ce mot atteindrait ce qu’il a atteint et Allah par ce mot lui accorde sa miséricorde sa satisfaction jusqu’au jour du jugement,  de la même manière qu’un homme prononce un mot qui provoque la colère d’Allah il ne croit pas que ce mot lui ferait atteindre ce qu’il a atteint et ceci provoque la colère d’Allah jusqu’au jour du jugement » rapporté par al Tirmidi et Malik       
 
Au delà de la parole qui est superflu et vaine il y a le fait d’être sournois dans le discourt. La sournoiserie dont Allah parle et dont le Prophète donne la définition et dénonce, c’est de faire apparaître dans le discourt de la personne qui parle des défaillances des fautes que ça soit aussi bien dans les idées que dans la forme grammaticale de la phrase ou alors dans la prononciation parce qu’il y a une petite erreur dans la prononciation. Et si la personne a une grande facilité pour s’exprimer alors la personne qui fait acte de sournoiserie  va essayer de dénoncer sa parole en le déstabilisant, en lui disant par exemple « tu ressembles à un poète lorsque tu  parles, ou alors on dirait un philosophe ».       
 
Ou alors, cette personne  essaye de toucher son  intention, elle l’a remet en cause cela relève de la sournoiserie et cela fait partie de ce que Allah dénonce.       
 
Alors que la polémique « al moujadala », c’est  lorsque une  personne essaye de mettre son interlocuteur dans l’embarra dans la gène afin d’essayer de le tourner en ridicule, d’essayer de lui montrer son incapacité  à répondre.       
 
Le Prophète  dit dans un hadith rapporté par al tirmidi d’après ikrima ibn 3abass : « n’agasse pas ton frère et ne fait pas acte de sournoiserie envers lui, ne plaisante pas avec lui et ne lui donne pas un rendez vous sans y aller et une promesse sans la tenir »       
 
On entend souvent « celui ci est égaré par ce qu’il est dans tel groupe dans tel ceci dans tel  endroit ou il suit tel genre de personne » alors qu’en réalité l’égarement   est bien souvent dû à cette langue qui parle dans l’excès.  A ce sujet,  le Prophète salla Lahou 3alayhi wa salam  dit dans un hadith rapporté par At Tirmidi Ibn Maja et Ibn Abi Dounya : « il n’y a pas un peuple qui s’égare sans qu’il ne leur soit donné d’être polémiste »       
 
Il ^alayhi salat wa salem dit encore «  le serviteur de Allah ne peut acquérir la vérité de la foi que s’il abandonne la polémique et la papelardise et cela même s’il a raison » rapporté par Ibn Abi Dounya       
 
Al imam Malik Ibn Anass, une très grande référence en matière de connaissance et en matière de spiritualité dans notre religion a dit  la parole suivante « il n’y a rien dans la religion qui nécessite une polémique » C’est à dire qu’ en réalité,  dans tout ce qu’on peut endurer dans notre vie, dans tout ce qu’on peut faire comme action, dans tout ce qu’on peut entreprendre  comme discussion ou comme échange avec les gens,  il n’y a rien qui peut nous amener nous pousser à faire acte de polémique.       
 
L’imam Malik radi Allahou 3anhou dit encore  « les sournoiseries rendent les cœurs durs les uns envers les autres» Le fait d’essayer de confondre une personne dans son discourt  en essayant de trouver des défauts, s’en prendre à ses intention,  à sa prononciation ou a sa manière de s’exprimer  fait naitre dans le cœur de la dureté.       
 
Le fruit de la sournoiserie est d’éprouver de la haine et du dégout,  de l’inimité les uns envers les autre. Le fait de s’en prendre à son frère dans son discourt parce qu’il a des problèmes pour s’exprimer, que son éloquence est défaillante, parce qu’il a un cheveux sur la langue ou alors que son vocabulaire n’est pas assez riche et bien le fait de s’en prendre à cela, rend le cœur dur et aussi, le seul fruit amer dont on peu bénéficier est de la haine dans le cœur et de l’inimité envers nos semblables, envers nos frères et sœurs et même envers les non musulmans.       
 
Or la foi du musulman tient pour obligation de se tenir non seulement à l’écart de la polémique et de la parole inutile mais aussi de se mettre à l’écart de ces gens là qui parle pour ne rien dire car très souvent ils nous posent des questions qui sont sans intérêt, qui sont futile. 
 
De telle personne vous questionnerons inutilement par exemple en demandant si on jeune ou pas aujourd’hui, si on répond non pour préserver notre intention envers Allah et ne pas tomber dans l’orgueil et bien cette personne  nous aura forcé à mentir ou alors nous aura mi dans la gène en essayant de contourner sa question pour pas lui dire « oui je jeûne »  et si on répond oui, on aura divulgué ce secret du jeune sensé resté entre nous et Allah, le fait que la personne nous félicite risque d’entacher notre intention.       
 
Un des dangers de parler vainement est de finir par devenir colérique et ce n’est plus de la sournoiserie  dont on fait preuve mais de l’âpreté apte à détruire le cœur de notre frère, de l’âpreté qui va fissurer l’affection et la fraternité qui était sensé être le ciment qui relie nos cœurs par l’Islam.       
 
Allah azawajal  dit des musulmans qu’Ils font acte de miséricorde entre eux. Et dans sourat Al-Houjourat  au verset 10 Allah dit: « Certes, les croyants sont des frères » Allah nous demande d’amener les gens à la droiture à la sainteté au bon comportement pas à l’inimité, au dégout, au rejet, à la haine, aux disputes, aux calomnies, à l’âpreté, aux insultes et la vulgarité.       
 
Le  Prophète  salla Lahou 3alayhi wa salam dit  « ne soyez pas grossier dans votre langage car Allah n’aime pas la grossièreté ni l’obscénité »       
 
Le Prophète salla Lahou 3alayhi wa salam  dit  encore « le croyant n’est ni injurieux ni maudisseur ni grossier et certainement pas indécent, Allah n’aime pas les grossièretés ni les grossiers crieurs dans les marché »       
 
Lorsqu’on parle avec notre frère on ne doit pas chercher à prendre le dessus à être supérieur à l’écraser avec un vocabulaire mensonger trompeur médisent et  calomnieux pour l’humilier en public car ceci ne correspond pas à ce que Allah et son Prophète nous demande.       
 
Le Prophète salla Lahou 3alayhi wa salam  dit dans un hadith « c’est un acte d’indécence  d’insulter son frère quand au fait de le combattre c’est un acte d’impiété »       
 
Un autre aspect de la mauvaise utilisation de la parole, est le fait de s’exprimer envers son semblable de manière un peu courtoise dans les apparences mais qui est tout aussi négative et qui infecte le cœur qui l’affecte par des résultats nocifs à sa foi.  
 
Cette catégorie de personne  là passe par la poésie, les rimes, la prose, l’éloquence dans l’écrit et également les chansons qui sont d’ordre licencieuse et on sait tous que le diable impose le rythme et que sheytan s’impose également dans les écrits. Il fait entrer dans ta tête un rythme et chaque rythme est cadencé et articulé autour de propos et il sait parfaitement quel rythme imposer et comment s’imposer dans notre esprit  en utilisant des mots précis en fonction de notre état d’esprit du moment mais il sait aussi parfaitement  comment induire en erreur sans  brusquer et ceci est une spécialité du sheytan. 
 
Il faut donc bien prendre garde à la poésie excessive qui sort du cadre et du champ délimité par l’islam et se mettre à l’écart de la music.       
 
Le prophète salla Lahou 3alayhi wa salam  dit « seront versé le jour du jugement et en enfer pour ceux qui écoute de la music du plomb fondu »       
 
La music et les chants (ceux qui ne sont pas conforme à la religion islamique)  sont  une des armes que le diable utilise pour planter la foi du musulman,  c’est pour cela que l’on doit faire attention à ce que l’on écoute.       
 
Egalement de ce qui relève de la turpitude et du blâmable sont les actes de plaisanterie inconsidérés c’est à dire parmi nos rencontres, nos fréquentation, axé autour de certain discourt, il y a la plaisanterie et nous malheureusement lorsqu’on se parle lorsqu’on se voie entre nous  on confond parfois et même très souvent et on a du mal à distinguer la fraternité de la familiarité. 
 
La fraternité c’est celle qui soude des liens avec notre frère encore plus, qui nous rapproche de lui pour Allah et la familiarité c’est les paroles en trop qui font qu’on ne respectera  plus notre Fère dans sa valeur.       
 
Le Prophète dit à propos de la plaisanterie que lui même plaisante mais qu’il ne dit que la vérité. Un jour une dame âgée est venu voir le prophète, et  lui a dit qu’aucune dame âgée n’entrera au paradis et la femme âgé s’est mise à pleurer puis le prophète lui dit mais « toi tu ne seras pas âgé ce jour là lorsque tu entreras au paradis ».       
 
Parce que Allah azawajal  dit dans le coran la sourat 56 Al-Waqi'a v 35, 36 « c’est nous qui les avons créé à la perfection et nous les avons fait vierge » donc ce qu’a dit le Prophète est juste, au paradis personne ne sera âgé tout le monde sera jeune au Paradis. Le prophète a plaisanté mais n’a dit que la vérité uniquement.       
 
Lorsqu’on commence à faire actes d’excès dans la plaisanterie on passe bien souvent à la moquerie qui consiste à dénigrer son prochain. Dénigrer son frère, sa sœur,  c’est par exemple dire qu’elle est grosse,  petite, maigre, âgé, sale …  c’est le fait de trouver un défaut à son frère ou à sa sœur en se  moquant de lui, de sa constitution physique psychologique ou spirituel.       
 
Allah azawajal  dans le coran sourat houjourat 49 v10 dit «  ô vous les croyants qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe car ceci son peu être meilleur et que des femmes ne se moque pas d’autre femme car celle ci peuvent être meilleur et ne vous dénigrer pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets injurieux, quel vilain mot que perversion lorsqu’on a déjà la foi et quiconque ne se repend pas cela sont parmi les injuste »       
 
D’autre part, toujours dans le cadre de l’excès de parole il y a la divulgation du secret.       
 
Le musulman est quelqu’un qui doit être digne de parole, il doit inspirer la confiance et le respect dans la parole c’est dans ce sens la que le prophète salla Lahou 3alayhi wa salam  a dit « la parole entre vous c’est un dépôt ».       
 
Quand une personne parle à une autre de quelque chose, une foi sa parole prononcé cela devient un dépôt pour celui qui l’a entendu, ce qui signifie que lorsqu’on entend quelque chose de notre frère on a l’obligation de garder le silence sur ça et ce n’est pas ce frère là qui doit venir dire « dit moi wAllah que tu le répèteras pas » car  normalement il n’a pas à faire jurer, on entend on se tait et ceci est l’enseignement du Prophète. 
 
Al Hassan radiAllahou 3anho dit « divulguer le secret de ton frère c’est le trahir » Et le Prophète salla Lahou 3alayhi wa salam  dit dans un hadith « man ghacha laysa manna» « celui qui fait acte de traitrise n’est pas des notre »       
 
Al Hassan dit encore «  le fait que tu divulgues le secret de ton frère c’est de le trahir ».       
 
Et si la personne dit « oui mais je ne savais pas que c’était un secret » alors on lui répond que le  Prophète à dit que lorsqu’une personne  parle à une autre de quelque chose une foi cette parole entendu elle devient un dépôt à garder pour quiconque l’a entendu. C’est donc une obligation de garder le secret par respect pour son frère sa sœur. 
 
Quant à la promesse mensongère  c’est  donner  la parole à quelqu’un qu’on va faire quelque chose et qu’on ne tient pas cette parole.  En revanche la promesse peut être levé, ne pas être obligatoire si elle s’inscrit avec des choses contradictoires avec l’islam.       
 
Allah azawajal  dit dans le coran « o vous qui croyez soyer fidèle à vos engagement s (vos pactes) »       
 
Le Prophète salla Lahou 3alayhi wa salam  dit dans un hadith à propos du fait de ne pas tenir sa promesse « il y a 3 éléments qui font qu’une personne peut être hypocrite même si la personne jeûne fait sa prière et se dit musulmane,  lorsqu’elle parle elle ment lorsqu’elle promet quelque chose,  elle n’honore pas sa promesse et lorsqu’on lui confit quelque chose (amana) un dépôt elle l’a trahi »       
 
Parler outre mesure, outre ce qui est nécessaire et utile peu facilement faire tomber une personne dans l’hypocrisie et sheytan va toujours essayer de lui faire minimiser cela.        

Rédigé par Oussoul

Publié dans #notes des membres du forum (cours)

Commenter cet article