Est-il permis au musulman de célébrer son anniversaire ?

Publié le 7 Juillet 2009

bismilah  
 
 
salam  
 
 
Question: Est-il permis au musulman de célébrer son anniversaire en organisant une petite fête ?        
 



Réponse:  
 
Il y a essentiellement trois positions entre les oulémas sur le sujet: 
 
1. Certains savants mine Ahl Sunna wal Jama’a (tel Cheikh faysal al mawlawi, secrétaire du Conseil Européen pour la Fatwa et la Recherche) sont d'avis que la célébration des anniversaires étant une manifestation purement culturelle ou sociale, qui n'a donc aucun lien avec le domaine rituel, à partir du moment où elle ne contient aucun aspect répréhensible, elle est tout à fait autorisée: 
 
En effet, dans le domaine des "âdât", c'est-à-dire de ce qui ne relève pas de l'adoration, la règle première est la permission jusqu'à preuve du contraire. Et il n'existe pas de texte clair interdisant la célébration des anniversaires. Cependant, certains, parmi les savants qui partagent cet avis, mettent l'emphase sur le fait que les parents doivent profiter de ce genre d'occasion pour rappeler à leurs enfants : 
 
  • le caractère éphémère de la vie       
     
     
  • la nécessité de toujours agir     
     
     
  • on essaie de devenir toujours meilleur. 
 
2. Pour une bonne partie des savants contemporains (indo-pakistanais et arabes), la célébration des anniversaires est une habitude condamnable. Certains de ces oulémas considèrent même que celle-ci relève des innovations blâmable (bid'ah). 
 
L'argument le plus probant pour défendre cette position, à mon humble avis, pourrait être exprimé ainsi: S'il est vrai que ce genre de célébration ne porte pas sur un aspect relevant directement du domaine rituel –et, qu'à ce titre, elle aurait dû en principe être permise, comme détaillé précédemment-, il n'en reste pas moins cependant qu'en matière de détermination des jours de fêtes et de leur célébration, des recommandations précises et des enseignements particuliers ont été énoncés en Islam: Anas (radhia Allâhou anhou) rapporte ainsi que lorsque le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) arriva à Médine, il constata qu'il y avait deux jours durant lesquels les gens avaient l'habitude de faire la fête. 
 
Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) demanda: "Que sont donc ces deux jours ? "  Les gens dirent: "Nous avions l'habitude de les célébrer durant la période de l'Ignorance."  Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) répliqua alors: "Allah vous a donné en échange deux jours bien meilleurs que ces deux là, le jour de Ide oul Adha et le jour de Ide oul Fitr."(Aboû Dâoûd) 
 
Et, comme le souligne Cheikh Khâlid Sayfoullah (hafidhahou Llah) dans un de ses ouvrages, les musulmans doivent éviter (makroûh) d'adopter les pratiques et les habitudes culturelles des non musulmans au sujet desquelles la législation musulmane a énoncée ses propres principes et règlements: 
 
Dans certains Hadiths, le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a ainsi ordonné aux Compagnons (que Dieu les agréé) de ne pas se saluer mutuellement comme le faisait des fidèles d'une autre religion, c'est-à-dire avec un signe de la main ou de la tête uniquement, sans prononcer verbalement (alors qu'il est possible de le faire) la formule du salâm. 
 
(Sens d'un Hadith rapporté par Djâbir (radhia Allâhou anhou) et cité par An Nasaï (rahimahoullâh); sa chaîne de transmission est qualifiée de "djayyid", c'est-à-dire "bonne" par ibnou hadjar (rahimahoullâh) - Réf: "al halâl wal harâm" – Pages 195, 415 et 416 / "touhfat oul ahwadhi" – Volume 7 / Pages 392 et 393) 
 
 
 
3. D'autres savants mine Ahl Sunna wal Jam’a, tel que Mouhammad ibn Âdam al Kawthari (élève de Moufti Taqui Outhmâni) ont avis plus nuancé; selon eux: 
 
Deux cas pouvant interdire le fait de pratiquer la célébration d’un anniversaire:    
 
  • Commettre un acte prohibé : Si un musulman célèbre un anniversaire et adopte lors de cette célébration des pratiques et des coutumes qui sont propres aux non musulmans, il commet un acte prohibé. Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a en effet condamné l'imitation des non musulmans dans les pratiques qui leur sont propres et caractéristiques. 
  • Dans l’intention de s’identifier aux non-musulmans : Si un musulman célèbre un anniversaire avec l'intention de ressembler et d'agir comme le font les non musulmans, son attitude est également condamnable, car relevant de l'imitation des non musulman qui a été interdite par le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam). 
Conditions rendant permissible la célébration d’un anniversaire: 
 
  • Si la célébration de l'anniversaire ne renferme aucun des deux aspects sus-cités,        
     
     
  • Si cela n'implique pas la réalisation d'actes interdits 
     
     
Dans ce cas, s'il s'avère que l'origine de cette manifestation n'est pas liée à une pratique religieuse étrangère à l'Islam (ce qui semble être le cas), celle-ci sera autorisée.        
 
 
 
Wa Llahou a3lam.        

http://oussoul.xooit.fr/t446-Est-il-permis-au-musulman-de-celebrer-son-anniversaire.htm#p702

Rédigé par Oussoul

Publié dans #Dourouss - Leçon

Commenter cet article