Rappel n°14: L'obligation, l'intérêt et les mérites de la prière (note prise lors d'un rappel audio sur inspeak)

Publié le 8 Juillet 2009

 
 
 
 
L’obligation, l’intérêt et les mérites de la prière.     
 (note prise lors d'un rappel audio sur inspeak)
 
  
La salat est un des piliers de l’islam qui est obligatoire en tout lieu et en toute circonstance et qui est attachée très fermement au premier pilier de l’islam. On peut prendre pour preuve, la parole du Prophète Mohammed ^alayhi salat wa salam qui démontre que la prière est bien un pilier de l’islam, il dit« Bounia lislamou 3ala khamsine Chahadati ane la ilaha illa Llah wa anna Mouhammad Rassoul Allah, wa iqami ssalati, wa ita’i zzakati, wa hajjou al bayti, wa sawmou Ramadhane »  (rapporté par Boukhari et Muslim) L'Islam est structuré sur cinq piliers, le premier est l’attestation de foi « il n’y a de dieu que Dieu et que Mohammed sala lahou^alayhi wa salem est son Prophète », ensuite, faire la prière, puis donner l’aumône, faire le pèlerinage et jeûner le mois de Ramadan. Parmi ces 5 piliers, 4 nécessitent des capacités physiques, faire la prière fait appel à la présence du corps, de même que donner l’aumône, faire le jeune du ramadan  et faire le pèlerinage.   
 
Or l’acceptation de la chahada ne nécessite pas la présence du corps mais nécessite uniquement celle de la raison. Il faut l’acceptation de la croyance par le cœur, de la soumission du cœur et de la réciter également. Et le seul pilier qui est indivisible, que si on a un empêchement on n’est pas levé de le faire, c’est la prière contrairement aux autres piliers comme le jeûne du mois de ramadan, si notre santé ne nous permet pas de le faire alors Allah non seulement nous relève de l’obligation de l’accomplir mais en plus il devient pour nous obligatoire de ne pas le faire. Il en est de même pour le pilier du pèlerinage si nous n’avons pas les moyens, la santé pour l’accomplir, Allah non seulement nous lève l’obligation de le faire mais il rend obligatoire de ne pas le faire et concernant l’aumône, le fait de donner une part de son argent bien déterminé et à un moment de l’année bien précis si nous n’avons pas les moyens de le faire, si notre santé physique ne nous permet pas de travailler pour accumuler de l’argent et pour pouvoir en donner, alors non seulement nous ne serons pas redevables mais en plus, on est en droit devant la communauté musulmane d’en bénéficier.   
 
Il y a donc 3 piliers sur 5 qui sont discutables, négociables, pour lesquels Allah ta^ala sait parfaitement qu’ils nécessitent pour être accompli des biens matériels mais aussi de la santé, Allah lève donc l’obligation et accorde une facilité pour nous s’il y a un empêchement. La prière elle,  n’est pas discutable, ni négociable car c’est l’adoration à Allah et si elle l’avait été, comme par exemple si on est malade on ne prie pas, alors à ce moment là,  Allah n’aurait pas créé les cieux, la terre et toute sa création pour l’adorer. Allah dit dans le coran, « wama khalaqtou aljinn waal-ins illa liya^boudouni » (s51v56)  « je n’ai crée les hommes et les jinn que pour qu’ils m’adorent »    
 
C’est la raison pour laquelle, le pilier de la prière n’est pas à discuter, Allah facilite toujours si on ne peut faire des roukou^, soujoud, jalsa, donc génuflexions,  prosternations etc car la santé ne le permet pas ou parce qu’on est en voyage. Et si tout le corps ne permet pas, Allah nous facilite jusqu’à nous permettre de l’accomplir allongé et juste avec les yeux,  et si encore avec les yeux on ne peut pas on peut la faire seulement avec la pensée, et en toute circonstance on doit faire la prière et ne pas la délaisser parce que Allah a crée les hommes et les jinn uniquement pour son adoration et toutes les créatures d’Allah l’invoquent et l’adore d’une manière qui nous échappe ou que l’on ne comprend pas forcément tout le temps.   
    
Ainsi la prière est Le pilier essentiel et lors d’un précédent rappel nous avons vu dans un hadith que celui qui accompli sa prière convenablement améliore et renforce la structure de l’Islam tandis que celui qui l’abandonne et la délaisse, il détruit la structure de l’Islam. Le Prophète Mohammed sala Lahou ^alayhi wa salem rappela dans un hadith l'importance d'accomplir régulièrement les prières, par régularité on entend pas la régularité dans le temps ou le fait de bien respecter chaque étape, ça ne concerne pas tout ce qui est technique, comme savoir bien faire un roukou^ un soujoud, bien réciter calmement, lentement, mais plutôt prendre soin de sa prière c’est à dire que lorsqu’on rentre en prière on es déjà préparé psychologiquement pour savoir à qui on adresse cette prière et celui qui ne prépare pas sa prière celui qui ne fait pas attention à sa prière quand il arrive au moment de faire salat il ne sait pas devant qui il se présente et quand il commence à faire takbir c’est là ou il se retrouve avec toutes les pensées de dounia qui lui tombe dessus. 
 
Le Prophète sala Lahou ^alayhi wa salam dit (dans ce sens) que celui qui est attentif et préoccupé par sa prière alors le jour du jugement cette salat sera une lumière en sa faveur, elle sera un avocat qui le défendra et sera un salut pour lui alors que celui qui la néglige sera privé de la lumière d’Allah,  il sera privé également de la garantie de son salut et le jour du jugement Allah le mettra au côté de pharaon, roi d’Égypte oppresseur à l’époque de moussa ^alayhi salam, à coté de haman, ministre de pharaon et de oubey ibn khalaf un idolâtre et très grave ennemi de l’islam (hadith rapporté par Ahmad et At-Tabarani)   
    
Sayiduna Muhammed sala lahou ^alayhi wa salam disait que lorsqu’une personne entrait dans l’islam, la première chose que le prophète et les compagnons faisaient c’était de lui enseigner la prière ce qui montre encore une fois son importance. 
 
Le Prophète dit à propos de ayat al koursy que celui qui la récite  à la fin de chaque salat obligatoire, aucun obstacle ne l’empêchera d’entrer au Paradis si ce n’est la mort (rapporté par Nasai) et dans une autre version du hadith le Prophète nous enseigne de réciter qoul houwa lah ou ahad en plus de ayat al koursy. Et le Prophète ^alayhi salat wa salam nous enseigne aussi dans un autre hadith rapporté par Hasan Ibn Ali radiAllahou ^anhou que celui qui lit ayat al koursy après chaque prière obligatoire est sous la protection de Allah jusqu’à la prochaine prière (rapporté par At-Tabarani dans majmou^ zawa-id)    
    
Le Prophète Mohammed disait après chaque salat "Allahouma ghfirli khata-i wa dounoubi kouli ha Allahouma wa an^achni wa ajbourni ahdini illa salahi al a^mal wal akhlak la yihdi li salahiha wala yousrifou bi chay an illa anta "(rapporté par At-Tabarani dans majmou^ zawa-id) 
 
Et aussi dire les adkar tel que «  soubhan Allah, alhamdoulilah la ilaha illa lah, Allahou akbar » après la prière. Et également, ne pas oublier après salat de lever les mains et d’implorer Allah pour qu’il nous pardonne et qu’il accepte notre prière.   
    
Ainsi, les arguments de ceux qui appellent à la bid^a le fait de faire les invocations et lever les mains pour faire dou^a après la prière se trompent totalement, leur argument comme quoi il ne faut faire dikr après la salat que ça ne doit pas être constant régulier qu’il faut faire ses salat et se lever car sinon ça devient comme une règle que l’on institut,  n’est pas du tout recevable.  Après chaque salat il y a des hasanat et notre foi ne nous autorise pas d’avoir l’arrogance de nous lever après la prière et de partir sans faire dikr Allah. Si on fait salat et qu’on se lève et part c’est une grande marque d’orgueil et d’autosuffisance c’est comme si on se disait « Allah c’est bon je t’ai donné ton droit maintenant ça suffit » c’est pour cela que l’invocation après la prière est de nature à consolider l’importance que l’on donne aux prières obligatoires. 
 
Sayidouna Mouhammed ^alayhi salat wa salam dit dans un hadith reconnu, que celui qui fait la prière des 2 fraîcheurs entrera au paradis (sahih boukhari) l ^oulama ont donné l’explication de ce que sont les moments de fraîcheur, il s’agit de la prière du sobh et du ^asr. La prière du ^asr entraîne l’entrée au Paradis car elle est difficile à accomplir puisqu’elle est située en plein milieu des obligations professionnelles. Quant à la prière du sobh, c’est l’heure à laquelle on aime bien dormir. Celui qui arrive à tenir son sobh que la personne va à l’encontre de son nafs et quiconque va à l’encontre de ces obstacles, et le fait d’être assidu à ces 2 salat facilite la constance dans les autres prières, il aura plus de facilité à faire le dohr, maghreb et ^icha, le dohr est à l’heure de manger généralement donc il n'y a pas d’activité à ce moment là et à l'heure de maghreb et ^icha les gens ont finit leur journée de travail donc il n’y a plus aucun effort réellement à fournir, là ou il faut faire plus d'effort c'est à sobh et ^asr wa Lahou a^lam.   
    
Le Prophète nous informe dans un hadith que celui qui dit 10 fois après la prière du fajr (=sobh) en restant assis après sa salat et avant d’adresser la parole à qui que ce soit «  la ilaha illa Lah wahdahou la charikalahou lahou lmoulkou wa lahou lhamdou wouhyi wa youmit wa houwa ^ala kouli chayin kadir «  il n’y a pas de divinité en dehors de Allah qui est unique et sans associé la royauté et les louanges lui reviennent, c’est Allah qui donne la vie et qui donne la mort il est Le Puissant sur toute chose », alors il gagne 10 hassanat, il lui sont effacé 10 péchés, son rang est élevé de 10 degrés, Allah le protège des désagréments du sheytan au cours de cette journée là et cette personne sera protégé contre le shirk.   
    
Et les pensées telles que « oui mais si je le fais tout le temps ça devient une ^ibada une pratique que j’institue, c’est bid^a » ne provient en réalité que du sheytan, comme si ont avait autant de hassanat que ça pour nous permettre cette mauvaise manière de penser. Il faut donc faire partie de ceux qui restent après la salat et qui font les adkar aussi bien individuellement qu’en groupe car on voit là les récompenses qui en découlent.    
    
Pour chaque salat il y a des invocations précises, par exemple pour salat al maghreb celui qui dit 7 fois « Allahouma ajirni min n-narr » «  ô Allah protège moi contre le feu de l’enfer » si au court de cette nuit là on meurt, Allah ta^ala fait qu’on sera protégé contre le feu de l’enfer et si on dit la même chose après la prière du fajr et s’il arrive que l’on meurt au cours de cette journée là et bien on sera protégé contre le feu de l’enfer également.   
    
Et ceci sont  les hassanat et les bienfaits  accordé à ceux qui s’attachent à la prière alors que ceux qui la délaisse, le Prophète sala Lahou ^alayhi wa salem dit dans un hadith rapporté par Ibn Abass radiAllahou ^anhou, que celui qui délaisse la prière Allah le rencontrera le jour du jugement en étant en colère contre lui. Que Allah nous préserve de cet état, amin.   

Rédigé par Oussoul

Publié dans #notes des membres du forum (cours)

Commenter cet article