Rappel n°8: Prêche à l'Islam (note prise lors d'un rappel audio sur inspeak)

Publié le 8 Juillet 2009

 

   
 
   
 (note prise lors d'un rappel audio sur inspeak)
 
 
-Prêcher l’islam est un acte d’adoration qui va permettre de comprendre comment adorer Dieu, de se souvenir de Dieu.   
 
C’est la fonction de tous les Prophètes, à chaque fois qu’il en a été envoyé un, son message fut  adressé à un groupe particulier, sauf le Prophète Muhammed ^alayhi salat wa sallem qui a été envoyé pour tout l’univers, Homme et jinns.   
 
Dans le Qur’an Allah ta^ala dit au sujet de Rasoul Lah « Et Nous ne t'avons envoyé que comme une miséricorde pour les mondes »    
    
La communauté musulmane a un rôle important dans ce monde car le musulman a été créé avec une responsabilité particulière, il a l’obligation de transmettre ce qu’il connaît de sa religion.   
    
On se doit d’imiter le Prophète et donc transmettre ce que l’on sait qui ne doit être gardé pour nous.    
Il existe un hadith très explicite à ce sujet ou le Prophète ^alayhi salat wa sallem dit (dans ce sens) « Transmettez de moi ce que vous savez, ne serait-ce qu’un seul verset… »   
    
Croire que prêcher est réservé qu’aux savants de l’Islam est une erreur, prêcher est un devoir qui incombe à chaque musulman, au même titre que les 5 piliers de l’islam. La communauté du Prophète Muhammed est la meilleur, c’est elle qui va au devant des gens.   
    
Selon un hadith le Prophète ^alayhi salat wa sallem dit  à Ali (dans ce sens)  " O Ali, je jure sur Dieu que le fait de prêcher est meilleur que la terre avec son contenu."   
    
Pour que le prêche ait une valeur il faut qu’il y ait au préalable 7 conditions (voir 7 leçons précédentes : la ilaha illa Lah, Mouhammed rasoul Lah, la prière, la science, l’invocation, la fraternité et la sincérité.)   
    
Lorsque l’on est devant la personne en question, il y a un comportement spécifique à adopter.   
    
Nous devons parler de ce que l’on a connaissance uniquement, parler dans l’unique but d’être agrée par Allah ta^ala, le faire sur le chemin droit du Prophète, l'enseignement sera le même seul la méthode diffèrera car il faut adapter notre façon de parler en fonction de l’endroit où nous nous trouvons et selon la compréhension de la personne.   
Aussi, la tenue vestimentaire est d'une grande importance, elle détermine à 80 % l’image que se fera de nous la personne, y aller donc d’une tenue correcte, propre, présentable.   
    
Il est important d’y aller en invoquant Allah, échanger avec la personne avec beaucoup beaucoup de douceur, de fraternité, y aller parfumer pour les hommes, et avec un petit cadeau de la part des sœurs serait l’idéal, et ne pas se comporter comme un professeur qui apprendrait à son élève.    
Toujours finir par "Allahou a^lam" car celui qui détient la parfaite connaissance des choses est sans aucun doute Allah.   
Etre doux, aimable et tendre, pour que l’action soit profitable à tous. Ne pas avoir de parole dure, le fait de dire la vérité ne justifie en aucun cas le fait de la dire méchamment, la première obligation lorsque l’on fait da^wa (prêche) c’est de penser à soit même ne pas être tel une bougie qui éclaire et qui se consume petit à petit et qui finit par se détruire elle-même…   
    
Toujours faire intervenir la science en dernier, car le but est de toucher le cœur en premier avec beaucoup d’amour de sagesse, le Qur’an est une pétale de rose pour rafraîchir les cœurs et non une épée pour les blesser, leur faire du mal.   
    
    
Lorsque l’on prêche on ne doit pas s’éloigner des recommandations des savants,  aussi ne jamais parler de politique car c’est un sujet que l’on ne maîtrise pas, on opposera ainsi les commandements divins et les commandement des hommes, le sheytan s’imisse dans ce genre de sujets ce qui est  source de discorde.   
    
Tous ce qui est jurisprudence islamique (fikh) ne doit pas être abordées également car nous ne devons pas plonger la personne dans des comment faire, comment ne pas faire, haram hallal ... On doit procéder par étape, et le fikh vient après la croyance, la preuve en est que Allah ta^ala a lui-même interdit l’alcool progressivement, c’est seulement une fois que l’islam fut bien enraciné dans les cœurs des gens que l’interdiction totale de l’alcool a été proclamé.    
    
A chaque maladie il y a un vaccin, et le vaccin contre la mécréance est le message que nous a laisser le Prophète Muhammed, l’état du monde actuel ne peut être justifié qu’au manquement de l’utilisation de ce vaccin sur ceux qui ne savent pas.   
    
Nous musulman, sommes garent et protecteur de l’Islam et si nous manquons de propager son message personne ne le fera à notre place.   
    
Dieu ne nous demande pas de s’isoler et aucun musulman des trois premières générations n’a adopté la méthode du repli sur soi, au contraire ils sont partis là où l’ignorance régnait pour transmettre et  continuer le travail du Prophète. Ils sont sortis de là où il y a l’islam pour aller là où il n’y a pas d’islam pour transmettre le message à ceux qui ne savent pas.   
On peut même retrouver leurs tombes un peu partout dans les 4 coins du monde preuves qu’ils étaient très actifs dans ce domaine contrairement à nous aujourd’hui.   
    
Il se peut que sheytan na3alahou Lah comme à son habitude nous souffle de mauvaise pensée, tels que « si on va transmettre, faire le khourouj, on abandonne nos familles »    
Il faut chasser cette mauvaise pensée de nos têtes car, aller au devant des gens pour transmettre ce que l’on sait est un devoir, et s’occuper de sa famille est un devoir également,  le musulman doit donc s’organiser pour accorder du temps à chacun d’eux, sans en négliger un.   
    
Maintenant que l’on sait ce qu’il faut faire et ne pas faire, il faut savoir quoi dire, c’est pour cela que l’apprentissage de notre religion est d’une grande importance.   
     
    
-Pour un acte surérogatoire accompli durant le mois de ramadan le musulman aura la récompense d’une farida (acte obligatoire) et la récompense d’une prière surérogatoire est équivalente à 70 hassanat.   
Le mois de ramadan est un mois de patience, qui mène au paradis, partager sa nourriture avec le jeûneur, nous accordera de la part de Allah la même hasanat que le jeûneur.    
    
Un jour les sahaba on demandé au Prophète qu’ils n’avaient pas tous la capacité de donner à manger au autre, le Prophète leur répondit que donner juste de quoi rompre le jeune, (une date ou un verre d’eau) était suffisant pour avoir la récompense promise sans que celle ci ait diminué   
    
Le mois sacré de Ramadan se divise en 3 périodes, les 10 premiers jours sont les jours de bénédiction, les 10 suivant sont les jours du pardon et les 10 derniers sont eux les jours de la libération du feu, de la libération de l’enfer.   
    
Durant ce mois on se doit d’évoquer Allah, accroître son attachement à la parole la ilaha ila Allah, faire beaucoup d’istirfar, rechercher le paradis et le refuge contre l’enfer en faisant beaucoup de dou^a     
    
Selon un hadith, la mauvaise haleine du jeûne a plus de valeur que le musc  pour Dieu, les savants de l’Islam, ont donné 8 sens à ce hadith, dont le fait que le jour du jugement cette odeur sera échangée contre une odeur d’un parfum supérieur, et que le jeûneur sortira de sa tombe parfumée.   
                                     
Le jeune de ramadan a tellement de valeur que les poissons dans la mer font dou^a  au jeûneur jusqu’au maghreb et chaque jour le paradis est préparé pour celui qui y rentrera.   
Les démons sont enchaînés  pendant cette période, et la dernière nuit de ramadan, le grand pardon de Allah est accordé aux croyants.   
    
 
-Lorsque l’on ne jeûne pas un jour de ramadan pour une excuse valable, par exemple la maladie, les menstrues, on se doit de rattraper les jours manqués car c’est une dette que l’on a, et nous devons nous en acquitter le plus tôt possible.   
    
Les actes obligatoires passent avant les actes surérogatoires, il faudra donc d’abord rattraper les jours de ramadan manqués avant de faire les jeûnes sounna comme les 6 jours de chawal. Donc, nous devons rendre les dettes, et si nous avons le temps, la capacité, on fait les actes méritoires, surérogatoire.    
 
Faire le jeûne du mois de ramadan + les 6 jours sounna du mois de chawal revient à jeûner 360 jours, donc une année ( un jour = récompense de 10 jours)   
 
 
-Chaque individu sera ressuscité dans l’état ou il est mort. Et chacun sera parmi le groupe avec lequel il s’est assimilé dans ce bas monde.   
    
Le bas monde est une maman, et l’au-delà est une maman, chaque maman a ses enfants, et chaque enfants retrouvent sa maman.   
Ainsi, celui qui choisira le bas monde et s’y attache alors sa maman sera le bas monde.   
    
Tellement que ce monde ne vaut rien, Allah l’a donné à tous le monde, contrairement à l’au-delà où le paradis sera accordé qu’à ceux qui l'auront mérité.    
Celui qui prend ce bas monde comme sa priorité manquera toujours de quelque chose, en voudra toujours plus, ne sera jamais satisfait de ce qu’il a comme s’il remplissait sa vie de vide.    
    
Ce bas monde à reçu pour ordre de Allah, d’épuiser le mécréant, qui se sera lui-même mit dans cette situation.    
    
Certes c’est Allah qui guide, nous ne sommes que des intermédiaires. 
 

Rédigé par Oussoul

Publié dans #notes des membres du forum (cours)

Commenter cet article