Le caractère haram du hashîsh et des drogues similaires

Publié le 9 Juillet 2009

bismilah  
 
salam  
 
Le caractère haram du hashîsh et des drogues similaires     
 
Dans Al Kitâb Ul Kabâ°ir au chapitre 19     
Al Imâm Shâms Ud Dîn Adh Dhahâbî Al Hambalî     
 
    
 
 
 
Le hashîsh fabriqué à partir des feuilles de canabis est interdit comme l'est l'alcool. Son consommateur subit la même peine que celle infligée au buveur d'alcool [1]. Le hashîsh est pire que l'alcool : il détruit la raison et transforme le caractère. Il rabaisse l'individu à un état de faiblesse et d'avilissement et le mène vers toutes sortes de turpitudes. 
 
Par un autre aspect, l'alcool est plus ignoble : sa consommation engendre bagarres et violences ; mais ces deux produits, de toute façon, détournent du dhikru Llâh (rappel d'Allâh) 'Azzawajal et de la prière. 
 
Certains juristes de notre époque [2] se sont arrêtés à déterminer la peine de la drogue, la limitant à une réprimande moindre : ils ont considéré qu'elle affecte la raison, mais n'entraîne pas de dévergondages, la jugeant ainsi du même degré qu'un produit anesthésiant, et cette opinion postérieure des savants veut se justifier par le fait que les Salaf n'ont pas émis d'opinion à son sujet ! 
 
Cependant cet avis n'est pas fondé, car ceux qui consomment le hashîsh se sentent dans un état d'euphorie et d'exaltation, et ils deviennent dépendants comme c'est le cas pour l'alcool, ou même plus. Ils sont détournés, par son effet, du dhikru Llâh et la prière. S'ajoute à cela, ce qui survient sur le plan moral : la passivité devant le vice, ainsi que la perte de toute vitalité ; la raison en est affectée... Les juristes divergent aussi au sujet de l'impureté du hashîsh. La question s'est posée, car il s'agit là d'un produit solide qui se consomme sans être buvable pour autant ! 
 
3 opinions résultent de cette divergence, où sont intervenus l'Imâm Ahmad Ibn Hambal : 
 
* Il est impur tout comme l'alcool, et cette opinion est à considérer comme la plus correcte. 
* Il n'est pas impur lorsqu'il est solide. 
* On différencie entre ce qui est solide et ce qui est liquide. 
 
De toute manière, la drogue (le hashîsh) fait partie de ce qui enivre, et qu'Allâh et Son Prophète ont interdit. S'applique sur elle la définition de l'alcool, que ce soit du point de vue du fond ou du point de vue de la forme ! 
 
Abû Mûsâ a demandé au Prophète (sallallâhu`alayhi wa sallâm) :" Ô Prophète d'Allâh ! Donne-nous une réponse quant à ces deux boissons que nous avons l'habitude de fabriquer au Yaman " al bat'u " (c'est du miel fermenté), et " al mazru " (c'est une boisson que l'on fabrique à base de maïs et d'orge, puis que l'on laisse fermenter jusqu'à ce qu'elle soit levée). " Abû Mûsâ a ajouté : " Allâh a donné à Son Envoyé - sur lui la paix - toute l'éloquence ! Il répondit simplement - que la paix soit avec lui : " Tout produit enivrant est interdit. " . " [3] 
 
Le Prophète (sallallâhu`alayhi wa sallâm) a dit aussi : "Tout produit dont une grande quantité enivre, la quantité la plus petite en est interdite de même. " 
 
Le Prophète - paix sur lui - n'a pas fait de distinction entre une catégorie ou l'autre, parce qu'il s'agit d'un aliment ou d'une boisson. Car on peut même fabriquer du pain en introduisant de l'alcool dans sa composition. 
 
On peut aussi faire fondre de la drogue dans une boisson et la boire : l'alcool se boit ou se mange, de même que la drogue. Et si les savants qui nous ont précédés ne se sont pas intéressés à ce sujet particulièrement, c'est parce qu'ils ne connaissaient pas ce produit qui ne s'est répandu en terre d'Islâm qu'avec les invasions tartares. 
 
Nous présentons ici ce qu'a dit un poète à ce sujet :"Celui qui le consomme et celui qui le cultive le jugent licite Et en vérité, ce ne sont là que deux malheureux !Par Allâh ! Satan n'a jamais été aussi heureux et aussi joyeux, qu'en voyant la consommation du hashîsh se propager ; et aux âmes viles, il l'a maquillé ! (Celles qui cherchent la bassesse jusqu'à même le tolérer ! " 
 
Un autre poète a dit aussi :" Dis à celui qui consomme le hashîsh par ignorance :la vie que tu mènes, par son usufruit, est en vérité la plus vile !L'homme a valeur de pierres précieuses,Pourquoi, frère de l'ignorance, l'as-tu vendue pour du hashîsh ? "[...]  
 
Qu'Allâh 'Azzawajal veuille faire de nous des adorateurs obéissants, et qu'Il nous évite l'oeuvre des pervers ! Il est, certes, Le Très-Généreux par excellence ! 
 
 
Notes du Shaykh Hasan Amdunî : 
 
[1] La peine de celui qui boit et se dévergonde sur la voix publique, insultant les autres et se montrant violent est de 80 coups.[3] Rapporté par Muslim. 
 
Note personnelle : 
 
[2] 8 ème siècle de l'hégire. 
A noter aussi que l'Imâm Adh Dhahâbî était Hambalî mais il y a un consensus sur le caractère haram de la drogue. 
Al Imâm Adh Dhahâbî parle ici du hashîsh mais par analogie (qiyâs), toutes les drogues à base d'herbe et matières synthétiques sont haram. 
Les peines légales sont appliquables uniquement dans un pays dirigé par la Sharî'ah et sont régulables selon l'état de dépravation de la société de ce pays. 

http://oussoul.xooit.fr/t450-Le-caractere-haram-du-hashish-et-des-drogues-similaires.htm#p706

Rédigé par Oussoul

Publié dans #Fatwa

Commenter cet article