Moukhtaçar fil 3ibadat (Traité abrégé sur l'adoration) (1/2)

Publié le 18 Juillet 2009

   
   
 
 
Moukhtaçar Fi Al-îbadat   
 
Al-cheikh Sidi Abderrahman Al-Akhdari   
(Abrégé sur l'adoration, d'après le rite Malékite)   
 
 
 
 
I. Les Devoirs Obligatoires du Musulman Responsable de ses Actes
 
*Avoir une foi sincère  
 
*Savoir comment accomplir correctement les obligations individuelles, comme les jugements à l'égard de la prière, de la purification, et du jeune.  
 
*Observer les limites (hudud) imposées par Allah et s'en tenir à Ses commandements et Ses interdictions, et revenir à Allah (Glorifié soit Il) par le repentir avant que ne vienne Sa colère.  
 
Les Conditions du repentir sont:  
 
*Regretter ce que tu as fait.   
 
*Avoir l'intention de ne plus retourner à cette mauvaise action pour le reste de ta vie.  
 
*Arrêter cet acte de désobéissance immédiatement, même si on est en train de le commettre.   
 
*Il n'est pas licite de repousser le repentir ou de dire « je me repentirai quand Allah me guidera.» C'est un signe de malheur, d'abandon de la part d'Allah et de manque d'introspection.  
 
*Empêcher sa langue de prononcer du langage obscène, ou des gros mots, ou méchanceté, et d'utiliser dans ses propos la formule de divorce.  
 
*Eviter de rabaisser un autre Musulman, d'être hautain avec lui, de l'insulter, ou de l'effrayer sans raison juridiquement valable.  
 
*Empêcher ses yeux de regarder ce qui est illicite. Il n'est pas licite de jeter sur un musulman un regard blessant sauf si c'est un débauché, auquel cas il devra l'éviter.  
 
*Il doit préserver de toutes ses forces ses membres d'accomplir des actes blâmables.  
 
*Il est recommandé d'aimer pour Allah, et de haïr pour Lui, de se réjouir pour Allah, et d'être en colère pour Lui, ainsi que de commander le Bien et d'interdire le Mal.  
 
 
II Choses Illicites pour le Musulman Responsable de ses Actes  
 
*Il est illicite pour lui de mentir, de calomnier, de raconter la vie des autres, d'être arrogant, de s'auto-glorifier, de se montrer dans un but superficiel et de réputation, d'envier, de haïr, de se considérer meilleur que les autres, de chercher les fautes au autres, de médire de se moquer ou de ridiculiser autrui.  
 
*Il est illicite de commettre la fornication, de regarder avec concupiscence une femme avec qui on est pas marié et de prendre du plaisir de ses paroles, ou de consommer la propriété d'autrui sans son accord, ou de recevoir de l'argent en échange d'une intervention ou à cause d'une dette, ou de retarder le prière jusqu'à ce que l'heure soit passée.  
 
*Il n'est pas licite pour lui de rester en compagnie d'un déviant (fasiq) ou de s'asseoir avec lui sauf en cas de nécessité.  
 
*Il ne doit pas chercher à contenter les créatures au prix d'encourir la colère du Créateur.  
 
Allah Tout-puissant dit :« C'est Dieu et le Prophète seuls qui méritent d'être satisfaits, si vous êtes croyants »   
[Sourate 9 :verset 62]  
 
Le Prophète :Salla Allahou 3alayhi wa sallam a dit : « Pas d'obéissance à la créature dans la désobéissance au Créateur. »  
 
*Il n'est pas licite pour lui de faire une action sans savoir le jugement d'Allah à ce sujet. Il doit demander aux gens de science et imiter ceux qui suivent la Sunna de Muhammad, paix et bénédiction d'Allah sur lui, qui a guidé les gens vers l'obéissance à Allah et a averti contre le fait de suivre Shaytan.  
 
*Il ne doit pas consentir à se permettre de faire ce que consentent à faire ceux qui ont échoué spirituellement et qui ont gâché leur vie à obéir à d'autre qu'Allah Tout-puissant. Ô quel regret les rongera ! Comme seront long leurs pleurs au Jour de la Résurrection !  
 
III.De la pureté 
 
Il y a deux sortes de pureté : 
 
-La pureté du corps 
-La pureté du sol et des vêtements. 
 
Ces deux sortes ne sont valables qu'obtenues par l'eau pure et purificatrice, qui n'a subi aucune altération dans sa couleur, son goût ou son odeur, qui n'a été souillée de matière étrangère telle l'huile, le beurre fondu, un corps gras quelconque, le suint, le savon ou autre impureté... 
 
A l'inverse, il n'y a pas à tenir compte de la terre, de la vase, ou si cette eau provient de terrains salés, ou si elle contient de la mousse ou autre corps analogue. 
 
Au cas de souillure manifeste, l'endroit souillé doit être lavé, mais s'il n'est pas connu d'une façon certaine c'est tout le vêtement qui doit être purifié. 
 
Celui qui pense que la souillure a pu toucher son vêtement doit l'asperger d'eau, si, le doute porte sur la pureté de la matière qu'il a atteinte il n'y a pas lieu à l'aspersion. Celui qui se souvient d'une souillure alors qu'il est en prière doit l'interrompre sauf s'il craint de dépasser le délai imparti pour prier. 
 
S'il se souvient de l'impureté après la fin de la prière, il doit à l'instant même la recommencer. 
 
 
L'ablution 
 
Les obligations de l'ablution sont au nombre de sept: 
 
L'intention, le lavage du visage, celui des mains jusqu'aux coudes, le passage des deux mains sur la tête d'avant en arrière, le lavage des pieds jusqu'aux chevilles, la friction de toutes ces parties du corps les unes après les autres sans interruption. 
 
Les obligations traditionnelles de l'ablution sont: 
 
Au début laver les deux mains jusqu'aux poignets, se rincer la bouche et rejeter l'eau, faire pénétrer l'eau dans les narines en aspirant, l'en faire sortir en ronflant, passer les deux mains sur la tête d'arrière en avant, les passer ensuite sur les oreilles après les avoir retrempées. 
 
Les ablutions d'ordre divin doivent être faites dans l'ordre prescrit ci-dessus. 
 
Celui qui oublie un de ses membres, et s'en souvient sans trop de retard, doit le laver avec les membres qui suivent dans l'ordre précité. S'il ne s'en souvient que plus tard, il ne doit laver que le membre oublié, mais il doit recommencer la prière qu'il vient de faire. 
 
Celui qui oublie une obligation traditionnelle doit l'accomplir, mais n'est pas tenu de recommencer la prière. 
 
Celui qui, au cours de l'ablution, a oublié une partie de ses membres doit la laver seule en y appliquant l'intention. S'il a déjà fait la prière il doit la recommencer. 
 
Celui qui se souvient avoir oublié le rinçage de la bouche et le reniflement de l'eau d'ablution après avoir commencé de laver son visage ne doit les reprendre qu'après avoir terminé les ablutions. 
 
Les actes méritoires au cours de l'ablution sont: 
 
Prononcer le nom de Dieu : (Bismillahi etc.), se frotter les dents laver plus d'une fois le visage et les mains, dans la friction de la tête, commencer par la partie antérieure, suivre l'ordre prescrit dans les obligations traditionnelles, ne prendre d'eau qu'une quantité strictement nécessaire pour le lavage de chaque membre, et commencer par le côté droit. 
 
Il faut entrecroiser les doigts des deux mains. Il est recommandable de laver entre les orteils ; il doit, au cours de l'ablution, faire pénétrer l'eau dans sa barbe si elle est légère ; mais au cours de la purification complète il doit faire pénétrer l'eau même si elle est épaisse. 
 
Ce qui impose l'ablution: 
 
Il faut considérer les souillures et les causes de souillure. 
 
Les Matières qui souillent sont:  
 
L'urine, les selles, le vent, le liquide prostatique, le liquide blanc et épais qui s'écoule après la miction. (1) 
 
Les causes de souillure sont: 
 
Le sommeil profond, l'évanouissement, l'ivresse, l'accès de démence, le baiser voluptueux, l'attouchement d'une femme en vue d'en jouir, ou le désir éprouvé sans en avoir eu l'intention, le fait de s'être touché la verge avec la paume de la main ou la face palmaire des doigts. 
 
Celui qui a des doutes au sujet d'une souillure doit refaire ses ablutions, sauf s'il s'agit d'un scrupuleux habituel. 
 
Au cas de perte de liquide prostatique, il doit se laver toute la verge, mais non les testicules. 
 
Il est interdit à qui n'a pas fait ses ablutions de faire la prière, d'accomplir les circuits rituels de pèlerinage, de toucher un exemplaire du Coran ou sa reliure à la main ou par l'intermédiaire d'une baguette ou autre objet, mais ce geste est permis à qui utilise une partie du Livre pour s'en instruire; de même il est interdit à qui n'a pas fait ses ablutions de toucher la planchette sur laquelle sont écrits les versets du Coran, sauf pour s'instruire ou pour le maître qui la corrige. 
 
L'adolescent, pour ce qui est du toucher du Coran, est considéré comme un homme adulte, mais le péché est supporté par l'adulte qui le lui mettrait dans la main. 
 
Celui qui, sciemment, prierait sans avoir fait ses ablutions est incrédule- Kafer (Dieu nous en préserve !) 
 
On doit se laver entièrement le corps dans trois cas: 
 
Souillure majeure, menstrues et lochies. 
 
La Souillure majeure comprend deux variétés: 
 
-L'une est l'émission de sperme à la suite d'une jouissance normale, aussi bien au cours du sommeil qu'à l'état de veille, par rapports sexuels ou autrement. 
-L'autre résulte de l'introduction du gland dans le vagin (même sans éjaculation) 
 
Celui qui se voit en songe comme s'il cohabitait, bien que sans émission de sperme, n'est pas astreint au lavage du corps. Et celui qui aperçoit sur son vêtement du sperme sec, et ignore le moment de sa pollution, doit se laver le corps et refaire la prière qui précède le dernier sommeil pris dans ce vêtement. 
 
 
IV. La purification majeure 
 
Les obligations de la purification complète sont: 
 
En avoir l'intention au commencement ; ne pas s'interrompre ; frotter tout le corps. 
 
Les obligations traditionnelles en sont: 
 
Laver les mains jusqu'aux poignets comme dans les ablutions. Rincer la bouche en rejetant l'eau.  
Faire pénétrer l'eau dans les narines en aspirant, l'en expulser en ronflant. Laver les conduits auditifs. Quant aux pavillons des oreilles ils doivent être lavés sur leurs deux faces. 
 
Les actes méritoires au cours de la purification sont: 
 
Commencer par le lavage du fondement, puis de la verge,et à ce moment que doit se placer l'intention... Puis laver les membres qui doivent être lavés au cours de l'ablution ... Ensuite laver les parties supérieures du corps et trois fois la tête, et puis le corps, commençant par laver le côté droit n'employant d'eau que la quantité strictement nécessaire. 
 
Celui qui aura oublié tout ou partie d'un membre, dans le lavage, devra se hâter de le faire dès qu'il en aura le souvenir, même si c'est après un mois, et cette prière devra être refaite. Si, après s'en être souvenu, il retarde le lavage, la purification n'est plus valable, toutefois si cet oubli se rapporte aux membres qui doivent être lavés dans l'ablution simple, cela est suffisant. 
 
Il n'est pas permis à qui est en état d'impureté majeure d'entrer dans la mosquée, ni de lire le Coran sauf un ou plusieurs versets, et au cas de nécessité : exorcisme, citation en vue de la vérité, danger pressant... 
Il n'est pas permis à qui craint l'eau froide d'avoir des rapports avec sa femme jusqu'à ce qu'il trouve le moyen de se laver à l'eau chaude ou qu'il se procure l'argent nécessaire pour aller au bain. Mais au cas de pollution nocturne l'acte est hors de la volonté. 
 
 
V. Le tayammom ou : ablution à l'aide de sable ou de terre : 
 
Il est permis au voyageur d'employer ce mode d'ablution à condition de ne pas être en état de péché ; de même pour le malade qui veut s'acquitter d'une prière obligatoire ou surérogatoire. Il est aussi permis au sédentaire en bonne santé d'user de ce procédé pour accomplir ses prières s'il craint de ne pouvoir les exécuter à l'heure fixée, au cas où on passe longtemps pour chercher de l'eau. 
 
Mais celui qui est chez-lui, en bonne santé, ne doit pas pratiquer le Tayammom, soit pour une prière surérogatoire, soit pour la prière de Vendredi, ou à l'occasion d'une inhumation, sauf s'il se trouve obligé de prier sur le mort. 
 
Les obligations du Tayammom sont: 
 
En avoir l'Intention. Utiliser le « Sa'id pur- terre pure -Poser les mains ouvertes sur le sol. Repasser les mains sur le visage. Frotter les deux mains jusqu'aux poignets. Ne pas s'interrompre. N'y recourir qu'au moment même de la prière et la faire immédiatement. 
 
Le Sa'id pur est la terre pure, le thaub (pisé), les pierres, la neige, la terre mouillée et autres choses semblables. (Il n'est pas permis d'utiliser le plâtre cuit, non plus qu'une natte, ou un morceau de bois, ou d'herbes etc.) Le malade, seul, peut se servir d'un mur en pierre ou en pisé s'il n'a pas autre chose à sa portée. 
 
Obligations traditionnelles du Tayammom: 
 
Poser une seconde fois les mains sur le sol (après leur passage sur le visage). Les poser sur la partie comprise entre le poignet et le coude. Suivre scrupuleusement l'ordre précité. 
 
Actes méritoires au cours du Tayammom.  
 
Prononcer le nom de Dieu (bismillahi). Commencer par la main droite. Passer la main sur la face externe de l'avant bras, et ensuite sur la face interne, de haut en bas. 
 
Les causes d'invalidité du Tayammom: 
 
Ces causes sont les mêmes que celles de l'ablution mineure. Un seul Tayammom ne permet pas deux prières obligatoires. 
 
Celui qui utilise le Tayammom pour une seule prière peut la faire suivre de prière surérogatoire, toucher le Coran, pratiquer les circuits autour du la (Kaâba), lire le Coran s'il en a eu l'intention, à condition que tout ceci soit fait immé¬diatement après la lustration pulvérale et que le temps de la prière ne soit pas entièrement écoulé. 
 
Tout ce qui vient d'être énoncé est permis à celui qui a eu recours au Tayammom pour une prière surérogatoire, sauf la prière obligatoire. 
 
Celui qui fait la prière de l'Icha, selon ce procédé, peut pratiquer le Chaf- 2 rakâas surérogatoires- et le Ouître - Rakâa surérogatoire unique -, de suite après l'Icha. 
 
Celui qui use le Tayammom à la suite d'une souillure majeure doit obligatoirement manifester son intention. 


Rédigé par Oussoul

Publié dans #As-Salât - La Prière

Commenter cet article