Le travail: Place du travail dans l'Islam

Publié le 18 Juillet 2009

bismilah  
 
salam  
Le Travail  




1 Statut    
 
Pour comprendre la place du travail dans l'Islam, nous allons d'abord considérer les alternatives possibles: la mendicité (aide sociale), l'oisiveté et le temps consacré à la religion.    
 
* La mendicité (même sous sa forme institutionnalisée) est défendue sauf en cas de nécessité, où elle devient déconseillée, et cela pour deux raisons: parce qu'il faut préserver son honneur et placer sa confiance en Dieu en adressant ses demandes à Lui exclusivement, plutôt qu'aux gens.    
 
"Quiconque demande la charité pour augmenter sa richesse demande en fait des braises de l'enfer, alors qu'il en prenne autant qu'il veut" (Hadith, citation du Prophète Mohammed).    
 
"L'honneur du croyant réside dans le fait qu'il se passe de la charité des gens" (Hadith)    
 
* L'oisiveté est fortement déconseillée: le temps, la santé et l'énergie sont des dons de Dieu qu'il faut utiliser. "Dieu déteste l'homme oisif" (Hadith).    
 
* Se consacrer à la religion est l'idéal si on a les moyens de subvenir à ses besoins, sinon il vaut mieux travailler.    
Se consacrer à la religion veut dire: s'adonner aux adorations, étudier la science, partir pour la guerre sainte...    
 
* Le travail est une cause indispensable, et lorsqu'elle est accomplie, le musulman doit se consacrer à sa raison d'être qui est l'adoration du Créateur. Plus qu'une simple nécessité, le travail est l'action que Dieu attend de l'homme et par laquelle il lui procure les moyens.    
 
[C'est lui qui vous a soumis la terre, parcourez-donc ses grandes étendues et mangez de Ses bienfaits. Vers lui est la résurrection]Coran 37/15.    
 
 
L'homme est le lieutement de Dieu sur terre et il doit la mettre en valeur.    
 
* Le travail est une chose sérieuse qui doit dans la mesure du possible approcher la perfection. Dans son accomplissement, toute tromperie est prohibée.    
"Si la fin du monde arrive alors que vous êtes en train de planter un dattier et que vous avez le temps de le planter avant le cataclysme, alors plantez-le, car vous en serez récompensés" (Hadith).    
 
* Il est du devoir de la communauté musulmane de satisfaire les demandes de travail de tous les secteurs et d'essayer d'être autosuffisante. Autrement dit, il ne faut pas qu'apparaissent les pénuries d'une quelconque profession et la communauté ne doit pas se retrouver sous la dépendance économique d'une autre nation.    
 
* On pourrait dire à titre de comparaison qu'en Occident, la finalité étant la consommation, on travaille plus pour consommer plus, alors qu'en Islam, on travaille pour vivre, le temps libre, les excédents d'énergie et d'argent sont consacrés à la religion comme nous l'avons précisé précédemment.    
 
 
Le travail de la femme    
 
C'est le rôle de l'homme de travailler, la place essentielle de la femme étant au foyer. L'activité idéale pour elle est de travailler à la maison en faisant par exemple du tricotage ou de la couture. Cependant il ne lui est pas interdit d'occuper un emploi à condition qu'elle le fasse dans les règles qu'impose la pudeur. Dans tous les cas, elle demeure à la charge de son mari.    
 
Bien entendu, nous n'avons considéré ici que l'aspect économique de la chose.    
 
 
2 Les différents secteurs    
 
2.1 L'agriculture    
 
* Les richesses naturelles sont la propriété de l'état ou de la communauté. Par communauté, on sous-entend tous les musulmans, d'origine ou convertis, dans le monde entier et à travers les siècles.    
 
* Les gens sont incités à mettre en valeur la terre; celui qui défriche une terre abondonnée, la possédera, mais il en perdra la propriété s'il la laisse à l'abandon. A part l'incitation naturelle économique à cultiver la terre, le fait même de planter est une bonne action:   "A tout croyant qui plante quelque chose, tout ce qui en sera mangé par un homme, un animal ou un oiseau lui sera compté comme aumône" (Hadith).    
 
 
2.2 L'industrie    
 
* Evidement l'industrie d'il y a quatorze siècles n'a rien à voir avec celle d'aujourd'hui, cependant le Coran nous incite à mener des recherches, à mettre en valeur la nature et à en tirer profit.    
[Et nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une grande force et des utilités pour les gens]    
Coran 57/25.    
"Recherchez votre subsistance dans les entrailles de la terre" (Hadith).    
 
* D'autre part, la tromperie et la destruction sont interdites. Par exemple, il serait possible de fabriquer des pneus presque inusables, mais les fabricants délaissent cette solution afin de pouvoir toujours écouler la marchandise et conserver le marché. Pour les mêmes raisons, les objets électroniques sont conçus pour tomber en panne peu après la date de garantie. De telles pratiques sont interdites dans l'Islam, et cela dans l'intérêt de la société. Quant à l'intérêt des fabricants qui se retrouveraient sans commandes, nous exposerons la garantie sociale au dernier paragraphe: la redistribution.    
 
2.3 Le commerce 
 
Le commerce est une activité positive et productive, et pour qu'il le demeure, il doit observer les principes suivants:    
 
* Il est interdit de revendre et de marchander des dettes, sauf sans profit, et dans ce cas cette transaction devient un service rendu à autrui et non du commerce.    
 
Cette loi implique l'interdiction des marchés boursiers. Ces marchés organisent la vente des actions qui sont des parts de capital des entreprises. Plus une entreprise produit de bénéfice et plus chères sont ses actions car elles rapportent plus de dividendes (parts de bénéfices). Par ce mécanisme, l'objectif de ces marchés était à l'origine de diriger l'épargne vers les investissements les plus rentables et donc les plus efficaces économiquement. En d'autres termes, les meilleurs projets produisant plus de bénéfices, leurs dividendes seront plus vendus.  
 
L'argent disponible à l'investissement se dirige ainsi vers son utilisation la plus efficace. Mais, par leur structure, ils causent actuellement la dérive de l'épargne vers un jeu financier détaché de la réalité. On achète et on revend les actions pour les plus-values: gain par la différence entre prix d'achat et de vente d'une heure à l'autre et d'une minute à l'autre. On cherche donc à prévoir l'évolution du prix dans les jours à venir ou les prochaines heures mais l'état de l'entreprise importe peu.    
 
* Le vendeur doit avoir pris possession de la marchandise avant de la revendre. Auparavant, cela voulait dire que la marchandise devait être déplacée, livrée à son nouvel acquéreur qui en prenait alors réellement possession. Retenons de ceci qu'en aucun cas le commerce ne doive se réduire à la seule rédaction d'un contrat d'achat puis de vente, sans aucune manipulation de la marchandise.    
 
Pour cette raison, le marché à terme est interdit: dans cette forme de spéculation et d'usure, on achète puis on revend une marchandise qui n'existe pas encore, par exemple la récolte de l'année prochaine. Cette activité permet de gagner de l'argent sans travail et sans rien apporter à la société, pour cela elle est interdite. Par exemple on sait que le montant des transactions dans le commerce international est 10 fois plus important que le montant des marchandises échangées. C'est-à-dire qu'un bateau partant du pays exportateur vers le pays importateur voit sa cargaison changer de propriétaire dix fois avant d'arriver à destination. La somme d'argent constituée par les bénéfices à chaque transaction est soutirée aux producteurs et aux consommateurs.    
 
* Dans une situation de monopole ou de cartel, c'est-à-dire lorsqu'une ou quelques entreprises détiennent la totalité d'une marchandise, ou en cas de pénurie, il est interdit de stocker une marchandise pour augmenter le besoin et provoquer la gêne des consommateurs pour hausser les prix.    
 
* Il est aussi interdit de détruire des marchandises dans le cas d'un excès d'offre, comme tous les supermarchés et les fast-food qui détruisent ce qu'ils ne vendent pas. Chacun veut ainsi maintenir des prix élevés; mais si nous arrêtons de gaspiller et baissons un peu nos prix, ce que chacun aura cédé profitera à la collectivité, et le bilan sera bien meilleur, sur les plans matériel et aussi psychologique.    
 
* Le principe de liberté est fortement nuancé dans l'Islam. L'argument de la théorie libérale prétend que si chaque agent économique (individu, entreprise ou état) utilise en toute liberté les moyens à sa disposition pour maximiser son profit, la société entière atteindra alors la meilleure situation possible. Ce principe présente un défaut évident: il arrive souvent que le bonheur des uns fasse le malheur des autres: l'intérêt d'un agent économique peut aller totalement à l'encontre de l'intérêt des autres. Dans le système musulman, des restrictions sont prévues pour éviter cela. Comme nous l'avons déjà signalé, nous reparlerons de l'intérêt de l'individu à la fin de cette étude.    
 
* L'Islam ne fixe aucune limite au bénéfice tant que les deux parties acceptent la transaction en connaissance de cause. Si le profit n'est pas limité, il est cependant conseillé au vendeur de servir avec largesse et de dire toute la vérité sur la marchandise, en bref, il faut faciliter la vie à l'acheteur. L'Indonésie, le pays qui contient le plus grand nombre de musulmans, nous servira d'exemple. L'Islam y est entré par le biais de neuf musulmans qui sont partis commercer là-bas. Leur comportement était si exemplaire que les gens n'achetaient que chez eux. Les commerçants du pays se sont plaints au roi qui les convoqua. De fil en aiguille, le roi s'est converti et toute la population a suivi.    
 
* Dans l'Islam, les règles de comportement ne se réduisent pas à la seule obéissance aux lois. La motivation des individus se base souvent sur la foi, la confiance en Dieu et la perspective de la récompense au jour dernier. C'est pour cela que ce système ne convient qu'aux croyants ayant un idéal religieux, et n'est donc pas transposable sous cette forme à un autre type de société.    


http://oussoul.xooit.fr/t444-Le-travail-Place-du-travail-dans-l-Islam.htm#p700

Rédigé par Oussoul

Publié dans #Dourouss - Leçon

Commenter cet article