La patience

Publié le 19 Juillet 2009

bismilah     
 
salam     
 
La patience      
 
 
 
Chers frères et soeurs, sachez, que le prophète (sallallahou ‘alahi wa sallam) était très généreux (kariim). Lorsqu’on demandait quelque chose au Prophète, s’il le possédait, il le donnait fissabillah (sallallahou ‘alahi wa sallam). Et il n’a jamais été rapporté que le Prophète (sallallahou ‘alahi wa sallam) a empêché des gens de lui demander de l’aide. Au contraire, il donnait fissabillah sans avoir peur de la pauvreté. Et vous devez savoir que le Prophète (sallallahou ‘alahi wa sallam) vivait chez lui dans la pauvreté matérielle, mais malgré cela, c’était le plus généreux et le plus courageux des Hommes.
 
En effet, les imams Al Boukhari et Muslim (rahimahoumAllah) rapportent qu’un jour, des musulmans de Médine (ançars), demandèrent de l’aide matérielle au Prophète (sallallahou ‘alahi wa sallam), il leur donna. Ils lui demandèrent à nouveau et le Prophète (sallallahou ‘alahi wa sallam) leur donna jusqu’à ce qu’il ne lui resta plus rien. Ensuite, il leur dit qu’il n’avait rien laissé de côté, et que s’il lui restait quelque chose il l’aurait donné fissabillah.     
 
Le Prophète (sallallahou ‘alahi wa sallam) profita alors de cette situation pour rappeler à ces gens des points très importants. En particulier, il dit : « Celui qui est prêt à endurer les épreuves, Allah lui donnera la patience pour endurer ces épreuves ».    
 
Si l’un d’entre nous résiste pendant les moments difficiles (pauvreté, accident, perte de travail, perte d’un membre de la famille) en faisant attention à s’éloigner de ce qu’Allah a interdit et en évitant de demander de l’aide aux autres, et bien Allah (soubhaanahou wa ta’aala) nous aidera à résister et à patienter pendant ces moments difficiles.     
En effet, celui qui est satisfait de ce qu’Allah lui a donné et qui ne demande pas aux autres, Allah l’enrichira. Par contre, celui qui demande toujours aux gens et qui a toujours besoin de l’aide (matérielle) des autres, celui-là, son cœur sera toujours pauvre, et qu’Allah nous protège de cette situation, car cette personne ne sera jamais riche. Et la richesse, ici, c’est la richesse du cœur. Celui qui est satisfait de ce qu’Allah lui a donné et qui ne demande pas de l’aide aux autres, Allah l’enrichira par rapport aux autres, il aura une âme riche.     
 
Ensuite le prophète (sallallahou ‘alahi wa sallam) dit à ces gens : « La meilleure des choses qu’Allah puisse donner à quelqu’un c’est la patience (aSSabr) ». Donc la patience (ASSabr) a plus de valeur que l’argent ou n’importe quelle autre richesse qu’Allah (soubhaanahou wa ta’aala) puisse donner à ses serviteurs. En effet, si une personne est patiente, elle peut résister à n’importe quelle situation. Par exemple, si elle est touchée par une maladie, elle patiente. Si Chaytann lui inspire le haram, elle résiste et elle patiente. Et si Chaytann la rend paresseuse par rapport à ce qu’Allah a ordonné d’accomplir, elle patiente pour obéir à Allah (soubhaanahou wa ta’aala).
 
Celui qu’Allah enrichi de la patience, il aura reçu le meilleur des biens qu’Allah puisse donner. Si des gens lui font du mal ou s’il apprend que l’on parle en mal ou que l’on complote contre lui, son esprit est tranquille, il ne ressent aucune rancune ou haine. Pourquoi ? Car il est endurant face aux épreuves qu’Allah lui a destinées. Donc, celui qui est patient aura toujours son cœur apaisé et son âme reposée. C’est pour cela que le prophète (sallallahou ‘alahi wa sallam) a dit : « La meilleure des choses qu’Allah puisse donner à quelqu’un c’est la patience (aSSabr) ».
 
Et Comme dit le poète : « La patience est un cheval qui ne fait pas tomber. C’est une armée imbattable. Un mûr de protection indestructible ». Et Allah a honoré les gens de patience et est généreux avec eux, Il les a mis avec Lui, lorsqu’il dit : {Allah est avec ceux qui sont endurants}. Sourate 2 Al Baqara-La vache, verset 253. 
 
Et Allah est avec les gens endurants dans le sens où Allah leur donne la victoire, il leur donne la force, le soutien, le mérite. Et quelle générosité d’Allah, d’être avec Lui grâce à notre patience. Et encore mieux, Allah nous informe dans le Coran qu’il aime les gens patients : {Et Allah aime les endurants}. Sourate 3 Aali ‘imran-la famille de ‘imran, verset 146 
 
 
 
 
Alors, cher frère endurant, si tu es avec Allah, de quoi aurais-tu peur ? Et si Allah t’aime, qu’est ce qui peut te rendre triste ? Et Allah dit dans le Coran : {Nous vous éprouverons sûrement un tant soit peu par la peur, la famine, la réduction des biens, des personnes et des récoltes. Et annonce la bonne nouvelle aux endurants}. Sourate 2 al baqara-la vache, versets 155. 
 
Mais qui sont les gens patients ? Allah dit dans le verset suivant : {Qui disent, quand un malheur les atteint : «Certes nous sommes à Allah, et c'est à Lui que nous retournerons»}. Sourate 2 al baqara-la vache, verset 156. 
 
Regardez la générosité d’Allah, et ce qu’Il leur donne comme récompense: Allah dit dans le verset suivant : {Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés}. Sourate 2 al baqara-la vache, verset 157.    
 
Allah leur apporte de bonnes nouvelles qu’il ne donne à personne d’autre. Qu’Allah nous compte parmi les gens patients.     
 
Maintenant posons-nous la question : « Qu’est ce que la patience (aSSabr) ?» : dans la langue arabe aSSabr signifie : l’enfermement et la privation. C’est donc stopper ou interdire à l’âme d’être angoissée, c’est aussi interdire à la bouche de se plaindre, et enfin c’est interdire à notre corps de désobéir à Allah.     
 
La patience, c’est une voie, un système (manhaj), la patience, c’est la religion. Ce n’est pas juste un mot que répète quelqu’un qui a eu un malheur, après avoir dit des paroles de révolte ou de colère contre Allah, ou après avoir fait quelque chose que le prophète (sallallahou ‘alahi wa sallam) a interdit de faire (Se frapper sur le visage, déchirer son vêtement, dire waylii, naarii). Après avoir fait tout cela, la personne dit : « Je suis patient ». Non, bien sûr que ce n’est pas ça aSSabr. ASSabr se reconnait dans les premiers moments qui suivent le malheur ou la difficulté. 
 
Et si Assabr c’est aussi de s’interdire la plainte (chakwa) face à la difficulté, l’interdiction touche une plainte bien particulière. En effet, il faut savoir qu’il y a deux types de plainte : la plainte (achakwa-l-mahmouuda) et la plainte détestée (achakwa-l-mazmouuma) c’est-à-dire se plaindre à Allah (achakwa ila llah) et se plaindre d’Allah (achakwa mina llah).     
 
En ce qui concerne le fait de se plaindre et d’implorer Allah, cela fait partie de l’adoration, et pour avoir une adoration complète, il faut implorer Allah. En effet, Allah nous donne l’exemple du Prophète Ya’qouub (‘alayhi SSalaatou wa salam), Allah (soubhaanahou wa ta’aala) dit : {Ils dirent : «Ô notre père, nous sommes allés faire une course, et nous avons laissé Youssouf auprès de nos effets; et le loup l'a dévoré. Tu ne nous croiras pas, même si nous disons la vérité». Ils apportèrent sa tunique tachée d'un faux sang. Il dit : «Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose... [Il ne me reste plus donc] qu'une belle patience ! C'est Allah qu'il faut appeler au secours contre ce que vous racontez ! »}. Sourate 12 Youssouf, verset 17 et 18. 
Après que les enfants de Ya’qoub l’aie informé de cette terrible nouvelle: la mort de son fils Youssouf, il répondit d’une belle parole: {Il ne me reste plus donc] qu'une belle patience !}.
 
Mais malgré cela, malgré qu’il ait enduré cette épreuve, il s’est plaint à Allah (soubhaanahou wa ta’aala) en disant : {Il dit : «Je ne me plains qu'à Allah de mon déchirement et de mon chagrin}. Sourate 12 Youssouf, verset 86. 
 
Donc se plaindre à Allah fait parti de la patience. Il faut se plaindre de sa pauvreté et de sa faiblesse à Allah (soubhaanahou wa ta’aala).
 
Et de la même façon pour le prophète Ayyoub (‘alayhi SSalaatou wa salam) qu’Allah a qualifié d’endurant lorsqu’il dit (soubhaanahou wa ta’aala) : {Oui, Nous l'avons trouvé vraiment endurant. Quel bon serviteur ! Sans cesse il se repentait}. Sourate 38 Saad, verset 44. 
 
Et Ayyoub avait perdu ce qu’il possédait comme biens, il perdit sa famille et il tomba malade, d’une maladie qui l’obligea à être par terre ou sur son lit, et ceci pendant une longue période. Et dans l’endurance de la maladie, il se plaignit à Allah avec une très belle parole: {Le mal m'a touché. Mais Toi, tu es le plus miséricordieux des miséricordieux»}. Sourate 21 Al anbiya-les prophètes, verset 44.    
 
Donc se plaindre et implorer Allah fait parti de la patience. Par contre, se plaindre d’Allah, c’est cela qui contredit et qui annule la patience et l’endurance face aux épreuves difficiles.
 
C'est-à-dire que tu te plaints du Créateur aux créatures. Tu te plaints du Arrahmani-Rahiim à ceux qui ne sont pas cléments. Alors, que rien ni personne n’est plus clément avec ses serviteurs qu’Allah (soubhaanahou wa ta’aala). En effet, le prophète nous apprend qu’Allah est plus miséricordieux envers Ses créatures, qu’une femme envers son enfant. Hadith rapporté par les imams Al Boukhari et Muslim (rahimahoumallah) 
 
Et en pratique, les savants ont divisé aSSabr, en trois catégories : la patience dans l’obéissance à Allah, la patience contre la désobéissance à Allah, et enfin la patience pendant les malheurs et les épreuves. Nous verrons en détail, la semaine prochaine, inchaAllah, chacune de ses catégories.     
 
Donc cher frère croyant, toi qui es éprouvé par un malheur, ces versets et ces hadiths doivent te pousser à patienter pendant les moments difficiles. Améliore ton intention lorsque tu dis Al hamdoulillah. Rends-toi des comptes par rapport au malheur que tu as reçu, et accepte ce qu’Allah a écrit pour toi. Et sache que si tu endures cette épreuve, tu recevras sûrement une récompense plus grande que n’importe quelle action.  
 

http://oussoul.xooit.fr/t465-La-patience.htm#p731

Rédigé par Oussoul

Publié dans #Dourouss - Leçon

Commenter cet article