Al Kays (l’intelligent) et Al 3ajiz (l’inconscient)

Publié le 24 Juillet 2009

bismilah  
 
salam  
 
 
Al Kays (l’intelligent) et Al 3ajiz (l’inconscient) 
 
 
 
Hazrat Abou Ya’la Chaddad Ibné Aws (ra) rapporte que le Prophète  salla Lahou 3alayhi wa salam a dit : « L’intelligent est celui qui se rend des comptes à lui-même et œuvre pour l’au-delà et l’inconscient est celui qui se laisse aller à ses passions et garde de grands espoirs en Allah ». (Tirmizi, Ahmad, Ibnou Madjah, Al Hâkim) 
 
Dans ce Hadith, de manière concise et remarquable, le Messager d’Allah (saw) nous cite 2 catégories de personnes : 
 
La 1ère catégorie, qu’il a qualifiée d’ « intelligent » est celle qui possède 2 caractéristiques principales : 
 
1. de se rendre des comptes à soi-même, de faire son propre examen de conscience.  
 
2. de travailler pour l’au-delà.  
 
Ce sont ces gens qui ont compris l’essence même de leur existence sur terre. Alors, ils luttent et s’efforcent d’accomplir de bonnes œuvres. Ils font leur examen de conscience, réprimandent leur âme et l’orientent vers la vertu et les degrés de la perfection. Ces gens sont l’élite de l’humanité. Ils en sont les meilleurs et les plus purs. Ils sont les intelligents qui ont compris le secret de la vie. Ils sont les clairvoyants qui distinguent le bien du mal. Ils accomplissent de bonnes œuvres et s’éloignent du mal et des passions de leur âme. Ils s’arrêtent aux limites imposées par Allah. 
 
Ils oeuvrent dans cette vie éphémère pour la vie éternelle. Ce bas monde ne les a pas dupé. Son apparence attrayante, ses progrès et évolutions, ses tendances et modes, son enchantement et sa « magie » ne les ont pas trompés. Au contraire, ils ont pris conscience de ses caractères éphémères et insignifiants. Ils se sont alors avancés vers l’au-delà avec certitude et sincérité, foi et conviction. Ils se sont voués complètement à l’obéissance à Allah. Ce sont certes les bienheureux !  
 
 
« Et pour celui qui aura redouté de comparaître devant son Seigneur et préservé son âme de la passion, le Paradis sera alors son refuge ». (S 79/ V 40-41)  
 
Celui qui a fait son examen de conscience (« daana nafsahou ») a vu juste, car, il y aura demain un jour appelé « yawmouddîn » (jour de la rétribution). Ce jour là, on sera en présence du « Dayyâne » (celui qui rétribue), et la règle pour tous sera « kama tadînou toudâne » (comme tu auras agi, tu seras rétribué). 
 
 
La 2ème catégorie, qu’il a qualifiée d’ « inconscient », a également 2 caractéristiques principales : 
 
1. de se laisser aller à ses passions et désirs.  
 
2. de garder en Allah de grands espoirs. 
 
Ce sont ces gens qui ont commis une grave erreur dans la compréhension de la vie. Eux, ils n’en ont pas perçu le secret. Alors, ils vivent au service de leurs désirs. Ils vivent avec et pour leurs passions. Pour eux, les limites n’existent pas. La vie est synonyme même de plaisirs, faite pour être croquée à pleines dents. Ce sont les esclaves de leur instinct bestial, ne pensant qu’à manger et à assouvir leurs désirs.  
 
« …ils jouissent et mangent comme mangent les bestiaux… » (S47/ V12) 
 
De plus, leur égarement n’a pas d’égal : ils « baignent » jour et nuit dans les péchés, et de surcroît, ils gardent en Allah de grands espoirs. Ils sont ceux qui pensent que le paradis s’obtient uniquement par des « Incha Allah ». « Allah est Miséricordieux » est ce qu’ils ont le mieux retenu. « Allah, Il nous comprend Lui », disent-ils après avoir mal agi. Mais bien sûr qu’Il comprend, Lui ! Ce qu’Il veut, c’est que nous, nous comprenions ! 
 
« Il faut garder espoir ! », diront certains. Mais bien sûr, de l’espoir, il faut toujours en avoir, mais faut-il encore quelque chose qui soutienne la base de cet espoir ! Des œuvres ! Car l’espoir, c’est ce qui vient après avoir fourni un effort. On ne peut ne rien faire et espérer. Ce serait alors espoir vain et illusion. Le commerçant ne peut prétendre à quelque bénéfice en laissant son commerce fermé, tout comme l’étudiant ne peut prétendre réussir aux examens en gardant ses cahiers et livres fermés. Cela se vérifie également sur le plan spirituel. Allah dit : « Certes, ceux qui ont cru, émigré et fait des efforts dans le sentier d’Allah, ceux-là espèrent la Miséricorde d’Allah. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux ». (S2/ V218) 
 
N’est-t-il pas dit que le chemin du Paradis est pavé d’épreuves ? 
 
 
Pourquoi donc cette fâcheuse tendance à trouver toutes les choses du monde chères (l’immobilier, les billets d’avion et même la tomate et la laitue), mais le paradis d’Allah si « bon marché » ? 
 
Chaque chose sur cette terre, aussi insignifiante soit-elle, a un prix. Le vaste Paradis d’Allah n’en aurait-il pas un ?  
 
Le Prophète  salla Lahou 3alayhi wa salam dit dans un Hadith cité par Tirmizi : « …Ecoutez ! La marchandise d’Allah est chère ! Ecoutez ! La marchandise d’Allah est le paradis ! » 
 
Que Le Très Haut Nous en permette la compréhension. Amîne 
 
(réf. « Min kounoûzis sounnah » de Cheikh Mouhammad ‘Ali Assoiboûnî)  

Rédigé par Oussoul

Publié dans #Dourouss - Leçon

Commenter cet article