La Prière (as salat) selon les 4 écoles juridiques (Hanbalite 1/4)

Publié le 26 Juillet 2009

    
 
salam  
 
 
La Prière (as salat) selon les 4 écoles juridiques 
 
 
 
L'école Hanbalite: 
 
Par chaykh Musa Furber al Hanbali Basé Zad Al-Mustaqni` et Al-Raudh Al-Murbi` 
 
Les Bases de la prière dans l'Ecole Hanbalite. 
 
Puisque la prière est la première chose sur laquelle nous serons interrogés le Jour du Jugement, il semble approprié de commencer par les bases de la prière. 
 
Description de la prière 
 
 
Avant de commencer 
 
C'est sunna de se lever quand la personne faisant l'iqama dit : «Qad qamiti al-salat». 
 
C'est sunna que l'imam et les prieurs fassent des rangées bien droites et régulières. 
 
 
Commencer la prière 
 
Il dit « Allahu akbar » soulevant ses mains avec ses doigts tendus et ensemble, parallèle à ses épaules, comme en se prosternant. 
 
L'imam le dit de façon audible pour celui qui est derrière lui, comme sa récitation dans les deux premières (rak'a), autre que Dhuhr et `Asr. Tout le monde le dit pour lui même. 
 
Il saisit alors son poignet gauche avec sa main droite, les plaçant au-dessous de son nombril. Il garde son regard à l'endroit où il se prosternera. 
 
Il dit alors : “Subhanaka allahumma wa bi hamdika wa tabarak ismaka wa ta`ala jaddik wa la ilaha ghayruka”.  
 
 
La basmala et la récitation du Qur'an 
 
Il est recommandé qu'il dise alors : “ 'A`uthu billahi min al-shaytani al-rajim,” et dise après silencieusement : “Bismillahi al-rahmani al-rahim”. La basmala n'est pas une partie d'Al-Fatiha. 
 
Il récite alors Al-Fatiha. S'il l'interrompt avec une longue invocation ou un silence non légiféré; omet un shadda, une lettre, ou l'ordre, le non-suiveur doit la répéter. Chacun dis « Amin » de manière audible dans les prières à haute voix. 
 
Il est recommandé qu'il lise une autre sura après Al-Fatiha. Dans la prière de l'aube cela devrait être parmi des suras à partie de la sura Qaf, et pour Maghrib des suras séparées et courtes, et dans les autres prières des suras moyennes. 
 
Il est inadmissible de réciter n'importe quel récitation qui n'est pas conforme au mushaf. 
 
 
Inclinaison 
 
Alors il s'incline tout en faisant Takbir, en soulevant ses mains, et les place sur ses genoux [avec les] doigts étendus séparément, avec son dos droit. 
 
Il dit : “Subhana rabb al-`athim”. Il est obligatoire de le dire une fois. Trois fois est la plus basse quantité optimale. L'imam ne devrait pas le dire plus de dix fois. 
 
 
Redressement 
 
Il soulève alors sa tête et ses mains, avec l'imam et l'individu dira: “Sami` Allahu li man hamidah,” et après être remonté et s'être redressé il dit: “Rabbana wa lak al-hamd mil' al-samawati wa mil' al-'ardh wa mil' ma shi'ta min shay'in ba`d,” et le suiveur en se levant dit seulement : “Rabbana wa lak al-hamd.”  
 
Après s'être levé de l'inclinaison, il peut placer sa main droite sur la gauche, ou les laisser pendre vers le bas. 
 
Prosternation 
 
Alors il descend en faisant Takbir, se prosternant sur sept membres : ses pieds, puis ses genoux, puis ses mains, puis son front, et alors son nez, (même s'il n'est pas compté comme un sept des membres en question)il détache ses avant-bras de ses flancs, et son abdomen de ses cuisses. Et maintiens une séparation entre ses genoux, ses pieds, avec les orteils en direction de la qibla. Il dit : “Subhana rabb al-`ala”, en suivant ce qui a été dit précédemment concernant le tasbih dans l'inclinaison. 
 
S'asseoir entre les prosternations 
 
Il soulève alors sa tête, en faisant Takbir, et s'assoit avec son pied gauche étendu sous lui tout en soulevant son pied droit ; et dit : "Rabb ighfir li,” et il fait la deuxième prosternation comme la première. 
 
Se lever pour la deuxième rak'a 
 
Il se lève alors, faisant Takbir, se levant en utilisant juste les boules de ses pieds et ne se rassoit pas pendant un moment pour se reposer (jalsat al-istiraha). Si cela lui est facile, il s'aide en mettant ses mains sur ses genoux ; autrement, il s'aide à se relever en posant ses mains sur à terre terre. 
 
Il prie la seconde [rak'a] comme la première, sans Takbir d'ouverture, du `a d'ouverture, ni dire “ `A'uthi billah...” ni reformuler l'intention. 
 
Le premier tashahud 
 
Après exécution de la deuxième rak'a, il s'assied avec son pied gauche étendu et son pied droit levé, et avec ses mains sur ses cuisses. Il resserre l'auriculaire et l'annulaire de sa main droite, et forme un cercle avec son pouce et son majeur, et pointe son index, sans le déplacer, pendant le tashahud. Il laisse étendus les doigts de la main gauche. 
 
Il dit silencieusement : “Al-tahiyyatu lillah wa al-salawatu wa al-tayyibat, al-salamu `alayka ayyuha al-nabi wa rahmatu llahi wa barakatuhu, al-salamu `alayna wa `ala `ibadi llahi al-salihin, ashhadu an la 'ilaha 'ill allah, wa ashhadu anna muhammadan `abduhu wa rasuluhu”. C'est le premier tashahud. 
 
La salutation Abrahamique 
 
Dans le tashahud qui est suivi d'un taslim, il dit : “Allahumma salli `ala muhammadin wa `ala 'ali muhammadin ka ma salayta `ala 'ali ibrahima innaka hamidun majid, wa barik `ala muhammadin wa `ala 'ali muhammadan ka ma salayta `ala 'ali ibrahima innaka hamidun majid.” 
 
Supplication de Sunna 
 
Il dit alors que “ `A'uthu billahi min `athab jahhanama wa `athab al-qabr wa fitnati al-mahya wa al-mamat wa fitnati al-masihi al-dajjal” et peut également faire une invocation quelconque qui a été rapportée. 
 
Le taslim 
 
Il fait alors Taslim sur sa droite, en disant : “Al-salamu `alaykum wa rahmatu llah”, puis sur sa gauche. 
 
Prière en trois ou quatre unitée (rak'a) 
 
S'il est dans une prière en trois ou quatre unitées il se lève faisant Takbir après que le premier tashahud et prie le reste comme le deuxième rak'a en récitant Al-Fatiha sans sura additionnelle, et puis s'assied dans le tashahud final avec son pied gauche sous son tibia droit et son pied droit relevé. 
 
La prière d'une femme 
 
La prière d'une femme est comme celle d'un homme, sauf qu'elle se lie ensemble, et quand elle s'assied elle décale sous elle ses deux jambes légèrement vers la droite (tasdil). 
 
 
Ce qui est déconseillé, permis, Sunna, ou invalide la prière 
 
Il est déconseillé tout en priant : 
 
1. de se tourner ; 
2. de fixer le ciel ; 
3. de fermer les yeux ; 
4. de s'asseoir sur ses talons 
5. d'étendre les avant-bras sur la terre en se prosternant ; 
6. de remuer ; 
7. de mettre les mains sur les hanches ; 
8. de faire craquer ses articulations ; 
9. d'entrelacer les doigts ; 
10. de retenir une envie d'uriner ; 
11. d'être en présence de nourriture désirée ou de désirer de la nourriture ; 
12. ou de répéter Al-Fatiha, 
13. ne pas rassembler les suras dans une (prière) obligatoire, comme on le fait dans une surérogatoire. 
 
C'est une sunna de repousser quelqu'un qui passe devant soi. 
 
Il est permis de : 
 
1. répétez un aya ; 
2. informez son imam d'une erreur ; 
3. rajuster un vêtement ; 
4. enrouler un turban ; 
5. tuez un serpent, un scorpion, ou des poux. 
 
Si l'action devient longue selon l'habitude, sans être essentielle, et sans séparation entre eux, alors la prière devient invalide même si c'est par oubli. 
 
Il est permis de réciter de l'extrémité des suras et depuis leur milieu. 
 
Si il manque quelque chose, un homme indique « Subhan Allah, » et une femme tape l'intérieur d'une main sur l'extérieur de l'autre. 
 
Il crache sur le côté gauche en priant si il a à le faire, ou dans son vêtement quand il est à l'intérieur d'une mosquée. 
 
C'est une sunna pour prier de faire face à un sutra (obstacle) vertical. Si on ne trouve pas un poteau, alors vers une ligne en forme de croissant. 
 
La prière devient invalide si un chien sauvage noir passe devant, mais pas une femme, ni un âne. 
 
Il peut chercher la protection à un aya contenant des menaces, et faire une supplication à un aya qui parle de miséricorde, même dans une prière obligatoire. 
 
 
Les Parties intégrantes de la prière 
 
Il y a 14 parties intégrantes à la prière. Il s'agit de ce qui est une partie de celle ci, et ne peut pas être omise intentionnellement ou par manque de mémoire. Ils sont : 
 
a. se tenir debout, dans les prières obligatoires pour quelqu'un qui le peut ; 
b. le Takbir d'ouverture ; 
c. réciter Al-Fatiha ; 
d. inclinaison ; 
e. se dresser de celle ci ; 
f. se prosterner sur les sept membres ; 
g. se redresser de cela ; 
h. s'asseoir entre les deux prosternations ; 
i. devenir immobile dans elles toutes ; 
j. le tashahud final 
k. et s'asseoir pou le faire ; 
l. et prier sur le prophète (qu'Allah le bénissent lui et sa famille et lui accorde la paix) pendant celui ci ; 
m. suivre cet ordre ; 
n. Le Taslim 
 
 
Actions obligatoires de prière 
 
Elle comprend huit actions obligatoires :  
 
a. le Takbir autre que celui d'ouverture; 
b. dire “Sami` Allahu li man hamudah” 
c. dire “Rabanna wa lak al-hamd”; 
d. dire « Subhan Allah » dans l'inclinaison 
e. et le disant dans la prosternation, 
f. la demande de pardon (istighfar) 
 
Note : elle est obligatoire une seule fois, et un sunna les trois autres fois 
 
g. le premier tashahud, 
h. s'asseoir pout le faire 
Les Sunan et ce qui annule la prière 
 
Toutes les autres actions sont des sunnan. 
 
 
La prière d'une personne est nulle s'il :  
 
1. omet une condition sans excuse, excepté l'intention, puisqu'elle n'est annulée dans aucune circonstance, 
2. ou omet intentionnellement une action qui est partie intégrante ou obligatoire 
--contraire au reste. 
 
Tout autrement sont sunan verbales et des sunan réelles. La prosternation d'oubli n'est pas légiférée pour leur omission, et il n'y a aucun mal s'il se prosterne quand même. 
 
Ceci, est basés sur une traduction de et de quelques notes de Zad Al-Mustaqni` et quelques éléments de Al-Raudh Al-Murbi`. J'ai enlevé quelques petites choses, fondues le commentaire avec le texte de base, et changées l'ordre de quelques sections. 
 

Rédigé par Oussoul

Publié dans #As-Salât - La Prière

Commenter cet article