L’injustice se traduira le jour de la résurrection en ténèbres

Publié le 8 Octobre 2011

L'injustice est un ennemi commun

article tiré du site: doctrine-malikite.fr

 


 

 

Toute l’humanité s’accorde depuis la nuit des temps que l’injustice est un crime odieux.

L’islam a prôné la justice et a mis l’injustice dans la catégorie des plus grands péchés.

L’histoire nous rapporte les récits des oppresseurs et des injustes qui ont finalement péri à cause de leurs actes et n’ont récolté que perte et regret amère. Et Dieu a promis la victoire tôt ou tard aux opprimés.


Allah dit dans le Coran, en citant l’exemple du Pharaon : « Pharaon était hautain sur terre; il répartit en clans ses habitants, afin d'abuser de la faiblesse de l'un d'eux : Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre.
Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles (affaiblis, déconsidérés) sur terre et en faire des dirigeant et en faire les héritiers » Sourate 28, versets 4 et 5.

Les injustes et les tyrans ont cru qu’ils avaient un pouvoir eternel et ils ont été très vite vaincu et humilié et leur orgueil n’a guère duré. Car le pouvoir réel et eternel revient à Allah seul. Et le bonheur et la quiétude reviennent toujours aux justes. Allah nous a multiplié les exemples dans le Coran, de tyrans et injustes qui ont péri humiliés : Nemrod , Pharaon, Qârun, Abraha...

Allah nous donne même un très sage exemple d’un roi tyran, injuste et orgueilleux qui a tyrannisé le monde entier et qui fut finalement vaincu par la plus faible et la plus méprisée des créatures : un moustique !

 
Il s’agit du Nemrod...Abraham (paix et salut sur lui) l’avait invité à croire à Dieu l’Unique :
Le Coran nous raconte : « N'as-tu pas su (l'histoire de) celui qui, parce que Dieu l'avait fait roi, argumenta contre Abraham au sujet de son Seigneur ? Abraham ayant dit : 'J'ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort', 'Moi aussi, dit l'autre, je donne la vie et la mort.' Alors dit Abraham : 'Puisque Dieu fait venir le soleil du Levant, fais-le donc venir du Couchant.' Le mécréant resta alors confondu. Dieu ne guide pas les gens injustes. » Sourate2, verset : 258.


Ibrahim lui dit en fait : « J’ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort. »
Le roi incroyant et orgueilleux lui répondit alors : « Moi aussi je donne la vie et la mort. »
Son orgueil était tel qu’il pensait pouvoir se mesurer à Dieu Le Tout Puissant ! Pour appuyer son mensonge il fit venir deux prisonniers qui étaient condamnés à mort ; il en fit exécuter un et laissa la vie à l’autre ! Sa réponse, en fait, était due à son obstination et son entêtement !

Ce roi orgueilleux eut une fin des plus misérable. Il voulu combattre Dieu alors Le Tout Puissant envoya une nuée de moustiques qui dévorèrent les soldats de Nemrod, ne laissant que leurs os ; quant au tyran, un moustique entra dans son cerveau et se mit à le manger. Ceci le faisait tellement souffrir qu’il se frappait la tête (chacun de ses hôtes était invité également à lui frapper la tête dans l’espoir de se sentir mieux !) jusqu’à ce qu’il trouva la mort ! Dieu accorda à cet orgueilleux une mort des plus humiliante et des plus méritée !

Allah (Gloire à Lui) s’est nommé lui-même « Le Juste » (Al-‘Adl). Cela fait partie de Ses beaux attributs (Asmâih al-husnâ).

 
Allah nous dit dans le Coran :
« Ton seigneur, n'est point injuste envers les serviteurs» Sourate 41, verset 46


« Et on déposera le livre (de chacun). Alors tu verras les criminels, effrayés à cause de ce qu'il y a dedans, dire : 'Malheur à nous, qu'a donc ce livre à n'omettre de mentionner ni pêché véniel ni pêché capital ?' Et ils trouveront devant eux tout ce qu'ils ont œuvré. Et ton Seigneur ne fait du tort à personne.».Sourate 18, verset 49.


Et « Certes, Allah ne lèse (personne), fût-ce du poids d'un atome. S'il est une bonne action, Il la double, et accorde une immense récompense de Sa part. »Sourate 4 , verset 40.

Abou Dharr al Ghifârî (que Dieu l’agrée) a rapporté que le Prophète (paix et salut sur lui) a dit qu’Allah (Gloire à Lui) a dit :
'Ô Mes serviteurs ! Je Me suis interdit l'injustice à Moi-même ; de même Je l'interdis entre vous. Aussi, ne vous livrez pas à l'injustice les uns envers les autres ! Ô Mes serviteurs ! Egarés, vous l'êtes tous, excepté celui qui Je guide. Demandez-moi donc de vous guider, Je vous guiderai ! Ô Mes serviteurs ! Affamés, vous l'êtes tous, excepté celui que Je nourris. Sollicitez donc de Moi votre nourriture, Je vous nourrirai ! Ô Mes serviteurs ! Nus, vous l'êtes tous, excepté celui que J'ai vêtu. Demandez-Moi donc de vous vêtir, Je vous habillerai ! Ô Mes serviteurs vous péchez tous la nuit et le jour et c'est Moi qui pardonne tous les péchés. Implorez donc Mon pardon, Je vous pardonnerai ! Ô Mes serviteurs ! Vous ne sauriez Me nuire, et vous ne sauriez M'être utiles en cherchant Mon profit ! Ô Mes serviteurs ! Si le premier d'entre vous et le dernier d'entre vous, les hommes parmi vous et les djinns parmi vous, étaient tous aussi pieux que le cœur de l'homme le plus pieux qui soit parmi vous, cela n'accroîtrait en rien à Mon royaume ! Ô Mes serviteurs ! Si le premier d'entre vous et le dernier d'entre vous, les humains parmi vous et les djinns parmi vous, étaient tous aussi débauchés que le cœur de l'homme le plus débauché qui soit parmi vous, cela ne diminuerait en rien Mon royaume ! Ô Mes serviteurs ! Si du premier au dernier d'entre les hommes et les djinns, tous se trouvaient assemblés en un seul endroit et M'imploraient, J'accorderai à chacun sa demande et cela ne diminuerait en rien ce que Je possède, pas plus qu'une aiguille enfoncée dans la mer ne diminue celle-ci ! Ô Mes serviteurs ! Ce sont vos actes dont Je tiens compte et c'est selon eux que Je vous rétribuerai. Aussi, celui qui en récoltera du bien, qu'il remercie Dieu. Quant à celui qui recueillera autre chose que cela, qu'il ne s'en prenne qu'à lui-même !' Hadîth Qodsî authentiquement rapporté par Mouslim.

L’injustice est interdite que cela soit envers les musulmans comme envers les non musulmans. Et Allah donne la victoire à un peuple non croyant mais juste contre des croyants injustes ! La justice étant un devoir humain universel et immuable. Sans la justice, pas de stabilité ni de sécurité ni de vie paisible sur terre...

Les preuves sur l’interdiction stricte de l’injuste et de s’allier aux injustes, les aider ou les soutenir sont nombreuses et montrent le grand danger de ce péché gravissime dans ce monde et dans l’autre.

Il faut être juste, même s’il s’agit d’arbitrer contre son propre clan ou ses proches. Le riche et pauvre, l’étranger ou l’enfant du pays, le blanc et le noir tous sont égaux au niveau de la justice:
« Ô les croyants ! Observez strictement la justice et soyez des témoins (véridiques) comme Dieu l'ordonne, fût-ce contre vous mêmes, contre vos père et mère ou proches parents. Qu'il s'agisse d'un riche ou d'un besogneux, Dieu a priorité sur eux deux (et Il est plus connaisseur de leur intérêt que vous). Ne suivez donc pas les passions, afin de ne pas dévier de la justice. Si vous portez un faux témoignage ou si vous le refusez, [sachez qu'] Dieu est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. »Sourate 4, verset 135

« Dis : 'Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit : ne Lui associez rien; et soyez bienfaisants envers vos père et mère. Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. Nous vous nourrissons tout comme eux. N'approchez pas des turpitudes ouvertement, ou en cachette. Ne tuez qu'en toute justice la vie que Dieu a fait sacrée. Voilà ce qu'[Dieu] vous a recommandé de faire; peut-être comprendrez-vous.


Et ne vous approchez des biens de l'orphelin que de la plus belle manière, jusqu'à ce qu'il ait atteint sa majorité. Et donnez la juste mesure et le bon poids, en toute justice. Nous n'imposons à une âme que selon sa capacité. Et quand vous parlez, soyez équitables même s'il s'agit d'un proche parent. Et remplissez votre engagement envers Dieu. Voilà ce qu'Il vous enjoint. Peut-être vous rappellerez-vous. »Sourate 6, versets 151 et 152.

Le Prophète (paix et salut sur lui) et ses quatre Califes après lui ont donné l’exemple par eux même en appliquant les peines méritées sur le notable comme sur le pauvre, sur le proche comme sur l’étranger sans aucune distinction, ni privilège. Voici Omar Ibn Al-khattâb le deuxième Calife (que Dieu l’agrée) qui appliqua la peine de la fornication sur un de ses fils sans aucune hésitation ![1]


On cite aussi son jugement au profit d’un juif contre un musulman, car le juif avait raison et la justice est indépendante de la race et de la religion[2].

Au niveau politique, le Coran n’a pas manqué de rappeler les règles pour une société saine, stable et juste:
« Et ne dévorez pas mutuellement et illicitement vos biens, et ne vous en servez pas pour corrompre des juges pour vous permettre de dévorer une partie des biens des gens, injustement et sciemment. » Sourate 2, verset 188.
Et dans un autre verset :
«Allah n'aime pas la corruption» (Sourate 2, verset 205).

La sunna abonde aussi de preuves et de mise en garde explicite contre toute forme d’injustice et de corruption :
Selon 'Abdoullah ibn 'Oumar, le Messager de Dieu (paix et salut sur lui) a dit dans un hadith unanimement reconnu authentique:
« Craignez d’être injustes car l’injustice se traduira le jour de la résurrection en ténèbres.
Craignez l’avarice car elle a causé la perte de ceux qui étaient avant vous.
Elle les a poussée en effet à faire couler leur sang et à se permettre ce qui leur était interdit. »
[Rapporté authentiquement par Mouslim].

Selon 'Aïcha, le Messager d'Allâh a dit : 'Celui qui se sera approprié injustement une palme de terre l'apportera avec lui le jour de la résurrection, enroulée autour de son cou à partir des sept terres'. (authentique rapporté par Al-Boukhâri, Mouslim)
من اقتطع شبرا من الأرض ظلما طوقه الله إياه يوم القيامة من سبع أرضين

Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit aussi:
' Celui qui a lésé son frère dans son honneur ou autre chose, qu'il s'en acquitte auprès de lui aujourd'hui [ dans ce bas monde ] avant qu'il ne se retrouve dans l'autre monde ou le dinar et le Dirham ne seront plus rien. S'il a quelques bonnes œuvres, on en prend l'équivalent de son injustice pour le donner à la personne lésée, et s'il n'a aucune bonne action, on lui fait supporter en compensation une partie des péchés de sa victime.'
[ Rapporté authentiquement par Al-Boukhari].

L’injustice peut toucher le sang, les biens et l’honneur, conformément au Hadith dans lequel le Messager d’Allah (paix et salut sur lui) a dit :
' Votre sang, vos biens et votre honneur sont sacrés comme est sacré ce jour-ci ( le jour du sacrifice), dans votre cité-ci ( la Mecque), en votre mois-ci (Dhul Hijja).'
[Rapporté authentiquement par Muslim].

Le Messager d'Allah (paix et salut sur lui) a dit également:
' Savez-vous qui est le Mouflis [ c'est a dire le pauvre, celui qui a absolument tout perdu, celui qui à fait faillite] de ma communauté ?.
Ils dirent : ' le Mouflis parmi nous est celui qui a perdu ses biens et son argent .'
Il dit :
' Le Mouflis de ma communauté est celui qui viendra le jour de la résurrection ayant fait la Salat, Ayant observé le jeûne, et acquitté la Zakat. Il vient après avoir insulté celui-ci, frappé celui-là, accusé celui-là de dévergondage, mangé l'argent de tel autre, répandu le sang de celui-là. On répartit donc ses bonnes actions entre ses victimes et, si elles ne suffisent pas à le racheter auprès d'elles, on prend de leur péchés, on les ajoutera à ses péchés et il est ensuite jeté en Enfer.'
[Rapporté authentiquement par Mouslim]

La biographie du noble Messager (paix et salut sur lui) nous enseigne qu’il a même donné son autorisation aux compagnons pour émigrer vers la terre où il y a la justice pour fuir les injustes et préserver leur vie, leur honneur et leur religion :
Ja'far (qu'Allah soit satisfait de lui) et sa femme, Asmâ' bint 'Umays furent l'objet d'une persécution atroce infligée de la part des polythéistes. Sur ce, le Prophète leur accorda avec les autres musulmans victimes des traitements d’injustice de la part des polythéistes de la Mecque, l'autorisation d'émigrer en Abyssinie chez le Négus (un roi issu du christianisme). Le Prophète (paix et salut sur lui) leur dit :
« Il y a dans ce pays un roi juste »

La Justice est aussi la devise du musulman, elle implique également qu’il ne peut faire du mal (injustement) à aucune créature et que son comportement doit être exemplaire où qu’il soit et avec tout le monde, la justice implique donc la sécurité et la paix qui sont ainsi l’une des deux objectifs principaux que nous amène la religion de Dieu :
Le Messager d'Allah (paix et salut sur lui) a dit :
« Le musulman est celui dont les musulmans sont à l’abri du mal de sa langue et ses mains. Le Muhajir est celui qui a fui les interdits d'Allah ».
[Rapporté authentiquement par Al-Boukhari]

Fudâla Ibn ‘Ubayd (que Dieu l’agrée) rapporte que le Prophète (paix et salut sur lui) a dit lors de son prêche du pèlerinage d’adieu :
« Est-ce que je vous informe sur (le véritable) croyant ? Il s’agit de celui dont les gens en sont en sécurité vis-à-vis de leur bien et d’eux même (le vrai croyant ne peut porter atteinte aux autres ni à leur biens)»
Rapporté par l’Imâm Ahmed par une chaîne authentique.
قال صلى الله عليه وسلم في حجة الوداع، فيما يرويه فضالة بن عبيد رضي الله عنه قال
(ألا أخبركم بالمؤمن: من أمنه الناس على أموالهم وأنفسهم)
أخرجه أحمد بإسنادٍ صحيح

On voit ainsi à travers toutes ces preuves scripturaires, le grand danger de l’injustice et ses conséquences, au point même qu’il faut redouter le dou'a (l’invocation) de l'opprimé (c'est à dire une personne qui a subit une injustice).
Car même si cet opprimé est un mécréant ou un pervers, son vœu contre l’opprimé est exaucé par Allah !!
En effet, parmi les recommandations que le Messager d’Allah (paix et salut sur lui) adressa à Mu'âdh Ibn Jabal lorsqu’il l’envoya au Yémen :
« …Et crains l’invocation de l’opprimé, car il n’y a pas de voile entre elle et Allah .»
[Rapporté authentiquement par Al-Boukhari, Mouslim et d’autres]
واتق دعوة المظلوم ، فإنه ليس بينها وبين الله حجاب

Œuvrons donc en toute justice que cela soit envers nos subordonnées ou envers nos proches, nos voisins ou notre entourage. La justice est le seul garant de la stabilité, de la paix et d’une sécurité pérenne.

Notes :

[1] أمر عمر منادياً ينادي فأقبل الناس يهرعون إلى المسجد، ثم قام عمر فقال: لا تتفرقوا حتى آتيكم، ثم خرج فقال لعبد الله بن عباس رضي الله عنه: يا ابن عباس أسرع معي، فأتى منزله فقرع الباب وقال: هاهنا ابني أبو شحمة، فقيل له: إنه على الطعام، فدخل عليه وقال: كل يا بني فيوشك أن يكون آخر زادك، فسقطت اللقمة من يده من الفزع.

قال عمر لابنه: يا بني من أنا؟ قال: أنت أبي وأمير المؤمنين، قال عمر: فلي من طاعة أم لا؟ قال طاعتان مفترضتان، لأنك والدي وأمير المؤمنين، فسأله عمر عن الواقعة فأقر الغلام بها، وقال إنه ندم وتاب إلى الله، وفوض أمره إلى أبيه إن شاء أن يقتله ولا يفضحه، فاقتاده عمر إلى المسجد، وكان له مملوك يقال له أفلح، فأمره أن يجلده مائة جلدة، فنزع أفلح ثياب الغلام بينما الناس في المسجد يبكون، وتوسل الغلام لعمر قائلاً: يا أبت ارحمني، قال عمر: ربك يرحمك، إنما أفعل ذلك ليرحمني ويرحمك.

فإذا بلغ عدد الجلدات التي تلقاها الغلام ثمانين جلدة برح به الألم فصرخ قائلاً: يا أبت السلام عليك، فقال: وعليك السلام، إن رأيت محمداً فأقرئه مني السلام وقل له خلفت عمر يقرأ القرآن ويقيم الحدود، فلما بلغت الجلدات تسعين انقطع كلامه وخارت قواه، فقال له الصحابة: يا عمر، انظر كم بقي فأخره إلى وقت آخر، فقال: كما لم يؤخر المعصية لا تؤخر العقوبة.

ووصل الصراخ إلى أم الغلام فجاءت إلى عمر باكية صارخة: يا عمر أحج بكل سوط حجة ماشية وأتصدق بكذا وكذا درهم، فقال: إن الحج والصدقة لا ينوبان عن الحد، يا غلام تمم الحد، فلما كانت آخر جلدة سقط الغلام ميتاً، فقال عمر وهو يصيح: يا بني محص الله عنك الخطايا، ثم جعل رأسه في حجره وهو يبكي، فضج الناس بالبكاء والنحيب.

حتى إذا مر أربعون يوماً قال حذيفة بن اليمان: “ إني رأيت رسول الله في المنام وإذا الفتى معه وعليه حلتان خضراوان، فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: أقرئ عمر مني السلام وقل له: هكذا أمرك الله أن تقرأ القرآن وتقيم الحدود، وقال الغلام: يا حذيفة أقرئ أبي السلام وقل له: طهرك الله كما طهرتني”.

[2] في موطأ الإمام مالك بسنده عَنْ سَعِيدِ بْنِ الْمُسَيَّبِ، أَنَّ عُمَرَ بْنَ الْخَطَّابِ اخْتَصَمَ إِلَيْهِ مُسْلِمٌ وَيَهُودِيٌّ، فَرَأَى عُمَرُ أَنَّ الْحَقَّ لِلْيَهُودِيِّ، فَقَضَى لَهُ، فَقَالَ لَهُ الْيَهُودِيُّ: وَاللَّهِ لَقَدْ قَضَيْتَ بِالْحَقِّ. فَضَرَبَهُ عُمَرُ بْنُ الْخَطَّابِ بِالدِّرَّةِ، ثُمَّ قَالَ: وَمَا يُدْرِيكَ؟ فَقَالَ لَهُ الْيَهُودِيُّ: إِنَّا نَجِدُ أَنَّهُ لَيْسَ قَاضٍ يَقْضِي بِالْحَقِّ إِلَّا كَانَ عَنْ يَمِينِهِ مَلَكٌ وَعَنْ شِمَالِهِ مَلَكٌ يُسَدِّدَانِهِ، وَيُوَفِّقَانِهِ لِلْحَقِّ مَا دَامَ مَعَ الْحَقِّ، فَإِذَا تَرَكَ الْحَقَّ عَرَجَا وَتَرَكَاهُ.
(كتاب الأقضية- باب الترغيب في القضاء بالحق- حديث رقم 1206)

 

source: http://www.doctrine-malikite.fr/forum/L-injustice-est-un-ennemi-commun_m105922.html

Rédigé par Oussoul

Publié dans #Dourouss - Leçon

Commenter cet article

Kamel 07/11/2011 22:20


Barakalaoufik
Pour se rappel qu'Allah nous facilite dans l'endurance et nous feras mourir en croyant