L’interrogatoire de la tombe, ses délices et ses tourments

Publié le 6 Février 2010

:bism       
 
:sala1       
 
L’interrogatoire de la tombe, ses délices et ses tourments    




On doit obligatoirement croire que la première épreuve que subit le défunt après sa mort est l’interrogatoire dans sa tombe.    
 
Allah   :azawajel lui rend son âme, son ouïe et sa vue, et c’est alors que deux Anges se présentent à lui et l’interrogent sur son Seigneur, sa religion et son Prophète. Selon que sa réponse est juste ou fausse, il jouit des délices ou est soumis aux tourments.    
    
Plusieurs hadîth authentiques le confirment.     
 
Selon `Outhmân (Que Allah soit satisfait de lui), le Messager de Allah  :saws   , une fois qu’il avait fini d’enterrer un mort, se tenait debout devant sa tombe et disait : « Priez pour l’absolution de votre frère et demandez à Allah de lui donner la force de fournir la bonne réponse, car il est interrogé en ce moment. » (Rapporté par Aboû Dâwoûd, al-Bazzâr, ad-Dâraqoutnî, al-Bayhaqî et al-Hâkim qui l’a jugé authentique).    
 
Anas Ibn Mâlik (Que Allah soit satisfait de lui) a rapporté que le Messager de Allah   :saws   a dit : « Si ce n’est pas parce que vous ne pouvez pas garder le secret, j’aurai pu demander à Allah de vous faire entendre certains supplices de la tombe ! » (Rapporté par Mouslim, Ahmad et an-Nasâ-î).    
 
Anas Ibn Mâlik (Que Allah soit satisfait de lui) a rapporté aussi que le Prophète   :saws   a dit : « Dès que le mort est déposé dans sa tombe, et que ses compagnons le quittent, alors qu’il entend encore le bruit de leurs pas, deux Anges se présentent à lui, le font asseoir et lui disent : « Que disais-tu à propos de cet homme (Mohammed   :saws   ) ? » Le Croyant dit : « J’atteste qu’il est le serviteur de Allah et Son Messager. » On lui dit : « Vois la place qui t’était destinée en Enfer, mais que Allah a remplacée pour toi en une place au Paradis. » Il les voit effectivement toutes les deux. On lui élargit sa tombe de soixante-dix coudées et on la lui remplit de verdure jusqu’au Jour de la Résurrection.     
 
Quand au mécréant ou à l’hypocrite, on lui demandera : « Que disais-tu à propos de cet homme (Mohammed  :saws   ) ? » Il dit : « Je ne sais pas ! Je disais ce que disaient les autres ! » On lui dit : « Puisses-tu ne jamais savoir et ne jamais suivre Mohammed ! » On le frappe alors avec des marteaux de fer d’un coup entre ses deux oreilles. Il pousse un cri qu’entendent toutes les créatures, sauf les humains et les Génies. Sa tombe se rétrécit sur lui, jusqu’à lui écraser les côtes. » (Rapporté par al-Boukhâri, et selon d’autres versions par Mouslim, Ahmad, Aboû Dâwoûd et an-Nasâ-î).    
 
Les Sunnites affirment que les délices et les tourments de la tombe concernent aussi bien l’âme que le corps. On déduit, donc que les morts dans leur tombe ressentent les effets des délices et des tourments, quand bien même leurs corps sont réduits en poussière ! Leurs jouissances et leurs souffrances sont une affaire du monde invisible dont nous ignorons la vraie nature. L’état du mort est comparable à l’endormi, il voit les délices et les tourments, sans que ceux qui sont à proximité de lui ne s’en rendent compte.    
 
Celui qui est mort noyé, brûlé ou dévoré par une bête féroce est interrogé d’une manière que seul Allah (Exalté) connaît !    
 
Il est à noter, aussi, que les Prophètes (Paix sur eux), les enfants morts en bas âge et les martyrs ne sont pas soumis à l’interrogatoire de la tombe. Plusieurs hadîth l’affirment.    
 
Hassan Ayyoub. La foi musulmane.    

Rédigé par Oussoul

Publié dans #Aqida Tawhid - Foi Unicité

Commenter cet article