Le Voyage nocturne et l’Ascension concernent l’esprit et le corps

Publié le 22 Juin 2011

bismilah

Le Voyage nocturne et l’Ascension concernent l’esprit et le corps
  
Question

L’épisode du Voyage nocturne et de l’Ascension (al-isrâ’ wal-mi`râj) du Noble Messager — paix et bénédiction sur lui — concerne-t-il uniquement son esprit ou bien son esprit et son corps ?

Réponse du Sheikh `Atiyyah Saqr
 [1]

Les savants ont divergé au sujet du Voyage Nocturne et de l’Ascension : Concernent-ils aussi bien l’esprit du Prophète — paix et bénédiction sur lui — que son corps ou bien concernent-ils uniquement son esprit ?

L’opinion correcte est qu’ils concernent à la fois le corps et l’esprit. La majorité des savants, qu’ils soient traditionalistes, juristes ou théologiens penchent pour cet avis, et ce, pour les raisons suivantes :
  1. Allah — Exalté soit-Il — dit que « de nuit, Il fit voyager Son Serviteur » [2]. Or, dans la langue arabe, le terme « serviteur » ne s’emploie pas pour désigner uniquement l’esprit : il désigne l’être humain dans son ensemble, comme cela est attesté à maints endroits du Noble Coran. Ainsi, le Très Haut dit : « As-tu vu celui qui interdit à un serviteur de Dieu d’accomplir la prière ? » [3] Le Très Haut dit également : « Et quand le serviteur de Dieu s’est mis debout pour L’invoquer » [4].

  2. Un Voyage nocturne purement spirituel ne serait pas un événement extraordinaire. Ce serait même un événement anodin que les gens pourraient vivre dans leurs rêves, lesquels rêves emmènent les esprits vers de lointaines contrées de la planète, et ce, par des moyens qui sortent du commun, pendant une durée qui ne saurait être décomptée grâce au temps normal de mouvement du corps. S’il en était ainsi, Dieu n’aurait pas fait de cet épisode un honneur dont il gratifia le Prophète — paix et bénédiction sur lui -, et n’aurait pas débuté le récit de cet événement par « Gloire et Pureté » [2], avec toute la dimension de Toute-Puissance et de Magnificence divines que contiennent ces termes.

  3. Allah — Exalté soit-Il — dit : « Quant à la vision que Nous t’avons montrée, Nous ne l’avons faite que pour éprouver les gens » [5], c’est-à-dire pour examiner et tester qui de ces gens ajoutera foi. Or, une telle épreuve n’a de sens que si le voyage est aussi bien corporel que spirituel. En effet, un Voyage nocturne exclusivement spirituel n’appelle pas d’épreuve ni même d’étonnement particuliers. Pour cette raison, lorsque les idolâtres apprirent la nouvelle, ils démentirent qu’un tel voyage eût pu se faire en une nuit, alors qu’eux-mêmes parcouraient la même distance à dos de chameaux en plusieurs jours.

  4. Un Voyage nocturne à la fois spirituel et corporel est l’œuvre de Dieu — Exalté soit-Il — et non celle de notre maître Muhammad — paix et bénédiction sur lui. La raison ne peut donc pas considérer qu’un tel événement surpasse la Puissance de Dieu, le Tout-Puissant. Il n’y a rien non plus qui empêche d’accepter ce récit authentifié comme ayant concerné à la fois l’esprit et le corps.

Quant à ceux qui pensent que ce voyage n’a concerné que l’esprit, ils s’appuient sur ce que dit le Très Haut dans le verset suivant : « Quant à la vision que Nous t’avons montrée, Nous ne l’avons faite que pour éprouver les gens » [5]. Ils pensent en effet que la vision (ru’yâ) évoquée dans le verset est le substantif du verbe « voir » (ra’â), dans le sens de « voir en songe » et non de « voir » au sens visuel du terme. Ils disent ainsi que le substantif du verbe « voir » visuel est ru’yah et non ru’yâ. On a répondu à cette hypothèse que ru’yâ et ru’yah sont deux substantifs du même verbe « voir », pris au sens visuel du terme. De la même manière, on trouve les substantifs qurbâ et qurbah qui signifient le rapprochement. Al-Mutannabî, l’un des plus grands poètes arabes, dit :

Wa ru’yâka ahlâ fil-jufûni minal-ghamadi

Traduction

Te voir est plus agréable à mes paupières que de les fermer

  

Ibn Mâlik et d’autres ont considéré qu’Al-Mutannabî a commis dans ce vers une erreur lexicale. Néanmoins, ce qu’ils ont dit ne constitue pas une preuve, même si les propos d’Al-Mutannabî n’en valent pas mieux. D’après Al-Bukhârî, Ibn `Abbâs a dit au sujet de ce verset : « C’est une vision réelle. »

Ceux qui considèrent que le Voyage nocturne ne concerne que l’esprit se sont également appuyés sur une parole de `Â’ishah — que Dieu l’agrée : « Son noble corps n’a pas disparu. » Mais cet argument a été réfuté de la manière suivante :
  1. Cette parole attribuée à `Â’ishah est douteuse. En effet, sa chaîne de transmission comporte une interruption et un maillon inconnu. Ibn Dihyah a dit : « Cette parole est controuvée. »

  2. `Â’ishah n’a pas été témoin de l’événement. Elle n’en a qu’entendu parler. En effet, elle n’avait pas encore épousé le Prophète lors du Voyage nocturne. Pis, elle n’était même pas encore née.

  3. Elle disait : « Le Prophète — paix et bénédiction sur lui — n’a pas vu explicitement son Seigneur. » Elle pensait donc que le Voyage nocturne et l’Ascension concernaient aussi bien le corps que l’esprit. S’ils ne concernaient que l’esprit, elle ne l’aurait pas nié.

    Par ailleurs, étant donné que la parole attribuée à `Â’ishah est fausse, il n’est pas besoin d’essayer de l’interpréter, comme l’ont fait certains en disant que « Son noble corps n’a pas disparu » signifie que son esprit n’a pas quitté son noble corps. L’important est de savoir que le Voyage nocturne a eu lieu et que Dieu nous en a fait le récit dans le Noble Coran. C’est cela le minimum auquel il est nécessaire d’ajouter foi. Quant à la manière de ceci ou de cela, il n’est pas nécessaire d’y croire. Chacun peut choisir l’avis qu’il préfère, tout en sachant que Dieu est Tout-Puissant et que la vision (réelle ou en songe) des Prophètes est consensuellement admise par les savants comme correspondant à la réalité. Nul besoin donc de diverger sur ce point. Quiconque veut en savoir plus à ce sujet peut se référer à Al-Mawâhib Al-Laduniyyah d’Al-Qas
    tallânî, et plus particulièrement au chapitre cinq traitant du Voyage nocturne et de l’Ascension, avec l’explication d’Az-Zurqânî (tome 6, pages 3 et suivantes).

P.-S.Traduit de l’arabe du site Islamonline.net.
Notes
[1] Le Sheikh `Atiyyah Saqr est l’ancien Président de la Commission de Fatwâ d’Al-Azhar.
[2] Sourate 17 intitulée le Voyage nocturne, Al-Isrâ’, verset 1.
[3] Sourate 96 intitulée l’Adhérence, Al-`Alaq, versets 9 et 10.
[4] Sourate 72 intitulée les Djinns, Al-Jinn, verset 19.
[5] Sourate 17 intitulée le Voyage nocturne, Al-Isrâ’, verset 60.




islamophile   


Rédigé par Oussoul

Publié dans #Notre bien aimé Prophète

Commenter cet article