16 – La sauvegarde de la tradition du Prophète et de ses règles de politesse

Publié le 5 Février 2010

:bism  
:sala1  
 
 
16 – La sauvegarde de la tradition (sunna) du Prophète et de ses règles de politesse
 
 
 
 
Allâh a dit : 
 
 
59.7 : « Ce que le Messager vous donne, prenez-le et ce qu’il vous interdit, interdisez-le à vous-mêmes » 
 
53. 3 et 4 : « Il ne prononce rien sous l’effet de la passion. Ce n’est qu’en fait qu’une révélation inspirée ». 
 
3.31. : « Dis : « Si vous aimiez réellement Dieu, suivez-moi et Dieu vous aimera et vous pardonnera vos péchés ». 
 
33.21. « Vous avez effectivement dans le Messager de Dieu un bon exemple à suivre pour celui qui espère rencontrer Dieu et voir le jour ultime ». 
 
4.65 : « Non ! Par Ton Seigneur ! Ils n’auront pas cru jusqu’à ce qu’ils te prennent pour juge dans leur objet de dispute, puis qu’ils ne ressentent en eux-mêmes aucune contrariété du fait de ta sentence et qu’ils s’y plient en toute soumission ». 
 
4.59 : « Si vous êtes en litige à propos d’une chose ramenez-là à Dieu et au Messager, si vous croyez vraiment à Dieu et au jour dernier ». 
 
Les savants disent qu’il s’agit du Coran et de la tradition du Prophète. 
 
4.80 : « Celui qui obéit au Messager a en fait obéit à Dieu ». 
 
42.52 et 53 : « Tu conduis assurément toi-même à une voie rectiligne : la voie de Dieu ». 
 
24.63 : « Que ceux qui contreviennent à Ses ordres fassent bien attention qu’ils ne soient frappés d’une tentation ou qu’ils ne soient frappés d’un supplice douloureux ». 
 
33.34 : « Gardez en mémoire (ô femme du Prophète !) ce qu’on récite dans vos maisons comme versets de Dieu et sagesse (sentences du Prophète) ». 
 
Les versets concernant ce chapitre sont très nombreux. 
 
 
Quant aux hadiths : 
 
156. Selon Abou Hourayra, le Prophète a dit : « Ne m’interrogez pas sur les choses sur lesquelles je me suis tu. Ceux qui étaient avant vous (les Juifs) n’ont péri qu’à cause nombreuses questions et leurs désaccords avec leurs prophètes ; quand je vous interdis une chose évitez-la et quand je vous ordonne une chose faites-en ce que vous pouvez ». 
 
 
157. ‘Irbâd Ibn Sâriya a dit : « Le Messager de Dieu nous a fait un sermon éloquent qui remplit nos cœurs de crainte et fit couler nos larmes. Nous lui dîmes : « O Messager de Dieu ! On dirait que c’est le sermon de quelqu’un qui fait ses adieux. Aussi fais-nous quelques recommandations ! » Il dit : « Je vous recommande la crainte pieuse de Dieu ainsi que l’obéissance totale même si c’est un esclave éthiopien qui s’est imposé à vous comme chef. Celui d’entre vous qui vivra verra une grande discorde. Accrochez-vous alors à ma tradition et à celle des califes orthodoxes et bien guidés. Saisissez-la fortement avec vos dents. Méfiez-vous des innovations car chaque innovation est une cause d’égarement ». (Rapporté par Abou Dâoud) 
 
 
158. Selon Abou Hourayra, le Messager de Dieu a dit : « Toute ma communauté entre au Paradis sauf celui qui s’y refuse ». On dit : « Et qui s’y refuse ô Messager de Dieu ? ». Il dit : « Celui qui m’a obéi entre au Paradis et celui qui m’a désobéi s’y est refusé ». (Rapporté par Al Boukhari) 
 
 
159. Selon Salama Ibn ‘Amr Ibn Al Akwa’, quelqu’un mangea avec sa main gauche chez le Messager de Dieu. Il lui dit : « Mange avec ta main droite ! » Il dit : « Je ne peux pas ». Il dit : « Puisses-tu ne jamais pouvoir ! » Seul son orgueil l’avait empêché en effet d’obéir au Prophète et il ne pu plus lever sa main droite jusqu’à sa bouche. (Rapporté par Moslem) 
 
 
160. Nou’mân Ibn Bachir a dit : « J’ai entendu dire le Messager de Dieu : « Vous veillerez soigneusement votre alignement (dans la prière), sinon Dieu sèmera la discorde dans vos cœurs ». (URA) 
 
Dans une version de Moslem : « Le Messager de Dieu rectifiait nos rangs (à la prière) à tel point qu’on dirait qu’il voulait vérifier la droiture des flèches à celle de notre alignement ; si bien que nous comprîmes bien ce qu’il voulait. Puis il sortit un jour (de ses appartements) et annonça la prière. Il était sur le point de commencer (en disant « Allâhou Akbar) quand il vit la poitrine de quelqu’un sortir du rang ; il dit alors : « O esclaves de Dieu ! Vous veillerez soigneusement à la rectitude de vos rangs, sinon Dieu sèmera la discorde dans vos cœurs ». 
 
 
161. Abou Moussa a dit : « Une maison brûla une nuit sur ses habitants. Quand on rapporta la chose au Messager de Dieu il dit : « Ce feu est pour vous un ennemi. Quand vous allez vous coucher éteignez-le auparavant ». (URA) 
 
 
162. Toujours selon lui, le Messager de Dieu a dit : « L’image de ce que Dieu a envoyé avec moi comme bonne direction et science est celle d’une pluie bienfaisante ayant atteint une terre. Une partie de cette terre était bonne. Elle absorba l’eau et fit pousser en abondance de l’herbe et de la verdure. Une partie était stérile mains retint l’eau à sa surface si bien que Dieu en a fait profiter les gens. Ils en burent et en abreuvèrent leurs animaux et leurs champs.  
 
Enfin une autre partie était plate et sablonneuse. Elle ne retint pas l’eau et ne fit pousser aucune verdure. Telle est l’image de celui qui a bien assimilé la Religion. Ainsi il tira profit de ce que Dieu envoya avec moi. Il l’apprit lui-même et l’enseigna aux autres ou de celui qui a appris cette science mais n’en tira lui-même aucun profit, ou enfin de celui qui n’a rien retenu de la bonne direction dont Dieu a fait l’objet de ma mission ». 
 
 
163. Selon Jaber ,le Messager de Dieu a dit : « Mon image et la votre est celle de quelqu’un qui a allumé un feu (le soir). Les criquets et les papillons se mirent à y tomber cependant qu’il cherchait à les en écarter. C’est ainsi que moi-même je vous retiens par le fond de votre culotte pour vous éviter de tomber dans le feu, tandis que vous échappez de ma main. » (Rapporté par Moslem) 
 
 
164. Toujours d’après lui, le Messager de Dieu a ordonné de se lécher les doigts et de racler le fond des ustensiles. Il a dit : « Vous ne savez pas dans quelle partie de votre manger se trouve la bénédiction de Dieu ». (Rapporté par Moslem) 
 
Dans une autre version de Moslem : « Quand l’un de vous laisse tomber une bouchée par terre, qu’il en enlève toute saleté puis la mange afin de ne pas la laisser au Diable. Qu’il se lèche les doigts avant de les essuyer à la serviette car il ne sait pas dans quelle partie de son manger se trouve la bénédiction de Dieu ». 
 
 
165. ‘Ibn ‘Abbas a dit : « Le Messager de Dieu nous prononça un jour un sermon où il dit : « O gens ! Vous êtes appelés à être rassemblés vers Dieu sans chaussures ni vêtements et non circoncis ». « De même que Nous avons commencé la première création, Nous la refaisons de nouveau. C’est là une promesse qui nous incombe et Nous en sommes parfaitement capable » (21.104). Notez bien que la première créature à être vêtue le jour de la résurrection sera Abraham (AS). Notez bien qu’on fera venir des hommes de ma communauté qu’on dirigera vers la gauche (l’Enfer) et que je dirai alors : « Seigneur ! Ce sont mes Compagnons ! » On me répondra : « Tu ne peux pas savoir ce qu’ils ont apporté comme innovations après toi ». Je dis comme a dit le vertueux esclave de Dieu (Jésus) : « Je fus témoin contre eux tant que je fus parmi eux et, lorsque Tu as repris mon âme, Tu fus leur observateur attentif et Tu es de toute chose témoin. Si Tu les tortures, ce sont Tes esclaves et si Tu les absous, c’est Toi certainement Le puissant et le Sage » (Sourate La Table verset 117 et 118). On me dit : « Ils n’ont pas cessé de retourner sur leurs pas depuis que tu les a quittés. (URA) 
 
 
166. ‘Abdullâh Ibn Moughaffal a dit : « Le Messager de Dieu a interdit de jeter les pierres en les tenant entre le pouce et l’index. Il a dit : « Cela ne tue pas le gibier, ne tue pas l’ennemi, mais il peut crever un œil ou briser une dent ». (URA) 
 
Dans une autre version : « Un parent d’Ibn Moughaffal jeta une pierre en la tenant entre le pouce et l’index. Il lui dit de ne plus le faire car « le Messager de Dieu a interdit de lancer les cailloux en les tenant entre le pouce et l’index en disant : « Cela ne chasse aucun gibier ». Puis il reprit : « Ne t’ai-je pas déjà rapporté que le Messager de Dieu l’a interdit et voilà que tu y reviens. Je ne t’adresserai plus la parole ». 
 
 
167. ‘Abbas Ibn Rabi’a a dit : « J’ai vu ‘Omar Ibn Al Khattab embrasser la pierre noire (de la Ka’ba) en disant : « Je sais que tu es une pierre ne pouvant faire ni bien ni mal. Si je n’avais pas vu le Messager de Dieu t’embrasser, je ne t’aurais pas embrassée ». (URA)

Rédigé par Oussoul

Publié dans #Riyad Salihin

Commenter cet article