Occulter la voix de la femme : une fausse rumeur

Publié le 7 Juillet 2009

    
  
 
     
 
 
 


Voici un récit intéressant dont nous retenons ce qui est en relation avec une rumeur scientifique mensongère selon laquelle la voix de la femme serait une `awrah (i.e. une chose qu'il convient de cacher). Ibn Ishâq relate que : "Abû ; Al-`âs Ibn Ar-Rabî`, un gendre du Messager de Dieu, resté jusqu'alors polythéiste, vivait à la Mecque après avoir été emprisonné à la bataille de Badr et relâché sans rançon en guise de faveur du Prophète. 
 
La fille du Prophète, Zaynab, était restée à Médine. Quelques temps avant la conquête de la Mecque, Abû ; Al-`âs partit à la tête d'une caravane de commerce de quraysh en direction de Syrie. Sur le chemin du retour, il rencontra un détachement militaire qui s'empara de sa caravane. Abû ; Al-`âs réussit à s'enfuir dans la pénombre de la nuit jusqu'à la maison de son ex-épouse Zaynab prenant refuge chez elle et lui demandant l'asile, un asile qu'elle lui accorda ! 
 
Quand le Prophète - que la paix de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui - sortit pour la prière de l'aube, et entama sa prière et les fidèles entamèrent leur prière après lui, Zaynab qui était dans les rangs des femmes proclama : "Ô gens ! J'ai donné l'asile à Abû ; Al-`âs Ibn Ar-Rabî` ! " 
 
Quand les fidèles eurent achevé leur prière, le Messager d'Allâh - que la paix d'Allâh et Ses bénédictions soient sur lui - se retourna disant : "Ô gens, avez-vous entendu ce que j'ai entendu ? " Ils répondirent que oui. Le Messager de Dieu salla Lahou 3alayhi wa salam  dit : "Par Celui qui détient l'âme de Muhammad en Sa main, je n'eus connaissance de rien avant d'entendre ce que vous avez entendu ! Et sachez que les musulmans respectent l'asile du moindre parmi eux ! " 
 
Ensuite, le Messager de Dieu s'en alla chez sa fille Zaynab et lui dit : "Ma fille, réserve lui un accueil généreux, mais qu'il ne t'approche pas car tu ne lui es pas licite." 
 
La fin de l'histoire est connue dans la sîrah du Prophète : l'homme embrassa' lislam et retourna à Quraysh pour leur restituer leurs biens puis rebroussa chemin pour combattre dans les rangs des mujâhidîns. 
 
Le plus intéressant dans ce récit c'est la parole que Zaynab a adressée aux gens. Y a-t-il un musulman qui dit que c'est une `awrah ?! Et avant cette histoire, quand la fille du Prophète Fâtimah rembourra les têtes de Quraysh pour leur rire à la vue d'un crétin mettre des tripes d'animaux sur le dos du Prophète pendant sa prosternation. Quand elle dénigra leurs rêvasseries et enleva la saleté du dos de son père tout en les insultant, y a-t-il un musulman qui dit : "sa voix est une `awrah" ? 
 
Par ailleurs, Moïse s'est adressé aux filles de l'homme pieux à Madiane disant : "Que vous arrive-t-il ?" Elle répondirent : "Nous abreuverons nos bêtes quand les berges se seront retirés et notre père est un vieil homme." Ensuite, l'une d'elle revint dire à Moïse : "Mon père t'invite afin qu'il te paye pour avoir abreuvé les bêtes pour nous." Y a-t-il un musulman qui dit : "la voix de la femme est une `awrah" ? 
 
Nous avions mentionné auparavant le commandement divin de tester la foi des Emigrées et c'était `Umar qui se chargeait de cet entretien. Y a-t-il quelqu'un qui dirait alors que la voix de la femme est une `awrah alors qu'elle répond aux questions qu'on lui pose ? A moins peut-être qu'un imbécile ne prétende que l'examen était écrit et non oral !! 
 
Les femmes du temps du Messager - que la paix de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui - narraient les hadiths et ordonnaient le bien et réprouvaient le mal (al-amr bil-ma`rû ;f wan-nahy `an al-munkar), et personne n'a alors prétendu que la voix de la femme est une `awrah (i.e. doit être cachée). 
 
La `awrah en ce qui concerne la voix des femmes - mais aussi la voix des hommes - est quand les paroles sont douteuses excitantes et avec une mauvaise résonnance ! 
 
Nul parmi les juristes n'a dit que la voix de la femme est une `awrah : il s'agit d'une rumeur mensongère. 
 
P.-S. 
Cet article est traduit du livre de Cheikh Muhammad Al-Ghazâlî intitulé Les Problèmes de la Femme Entre des Traditions Stagnantes et des Traditions Etrangères. Ce livre est une compilation d’articles de journaux destinés à une audience très large, il ne s'agit pas d'un traité de jurisprudence à proprement parler. 
 
Source :islamophile
http://oussoul.xooit.fr/t499-Occulter-la-voix-de-la-femme-une-fausse-rumeur.htm#p801

Rédigé par Oussoul

Publié dans #Dourouss - Leçon

Commenter cet article